L'instruction judiciaire sur les fuites dans l'arrêt Fortis a permis
de mettre à jour des indications selon lesquelles Me Van Buggenhout avait été informé avec une ancienne magistrate qui était amie de Christine Schurmans, la conseillère de la cour d'appel qui est l'objet de l'instruction judiciaire.

Il y aurait ainsi trois "chaînes téléphoniques" au sujet du délibéré
de la cour d'appel. Elles mènent toutes à l'entourage immédiat de
Christine Schurmans, la juge qui, avant le prononcé de l'arrêt, s'était faite porter pâle.

Pour De Morgen, le lien vers Me Van Buggenhout est crucial car il
assurait la défense du gouvernement. Selon Renaat Landuyt, député sp.a, on s'approche ainsi de plus en plus du ministre des Finances Didier Reynders car "un avocat ne demande jamais la réouverture des débats sans l'accord du client".