"Les conditions ne sont pas réunies pour que le Libra se mette aujourd'hui en place", a affirmé le ministre lors d'un point presse avant l'ouverture de la réunion annuelle des ministres des Finances des sept économies les plus avancées à Chantilly (Oise).

Il a dit espérer "une discussion approfondie sur cette question du Libra" et une réflexion "soit à un encadrement soit à une régulation" et sur "quelles seraient les conditions qui feraient que cet instrument d'échange soit envisageable".

"Aujourd'hui, nous ne pouvons accepter qu'un instrument d'échanges se mette en place alors qu'il ne respecte aucune des règles prudentielles que nous imposons à toutes les monnaies souveraines", a-t-il ajouté, saluant la prise de position de son homologue américain Steven Mnuchin qui a lancé un avertissement à Facebook.

"Le Trésor a de très grandes inquiétudes sur le Libra, qui peut être mal utilisé pour blanchir de l'argent ou financer le terrorisme", a affirmé lundi le ministre américain, à la veille d'une audition au Sénat du responsable de Facebook, David Marcus, en charge de ce projet de monnaie virtuelle.

Avec la création annoncée mi-juin de cette monnaie numérique offrant un mode de paiement alternatif aux circuits bancaires traditionnels, Facebook veut bouleverser le système financier mondial. Promise pour 2020, elle s'inspire de cryptodevises comme le bitcoin.