GBL a bouclé le premier semestre sur un bénéfice net de 712 millions d'euros, en hausse de 71%. Hors plus-values, le résultat net ajusté a chuté de 27% à 280 millions en raison de la baisse du dividende de Lafarge et du changement de politique de distribution de Total. Mais la holding d'Albert a pu compter sur des plus-values de 464 millions à la suite de la revente de sa participation dans Arkema et d'un quart de ses titres Pernod Ricard.

Ces cessions ont également dopé la trésorerie de GBL qui atteint désormais de 1,27 milliard (pour un endettement de 1,2 milliard). Au total, la force de frappe de la holding s'élève même à 2,22 milliard en tenant compte de lignes de crédit non tirées de 950 millions.

L'actif net ajusté de GBL s'élevait à 11,82 milliards à la fin juin, en hausse de 254 millions sur le premier semestre. Le bénéfice net (712 millions) et la hausse sensible de Lafarge (+482 millions, soit +29%) ont été en grande partie été effacés par le repli de Total et de GDF Suez, les deux principales participations de la holding. Par action, la valeur intrinsèque de GBL atteignait 73,22 euros à la clôture du premier semestre.

Cédric Boitte

www.accioz.be

GBL a bouclé le premier semestre sur un bénéfice net de 712 millions d'euros, en hausse de 71%. Hors plus-values, le résultat net ajusté a chuté de 27% à 280 millions en raison de la baisse du dividende de Lafarge et du changement de politique de distribution de Total. Mais la holding d'Albert a pu compter sur des plus-values de 464 millions à la suite de la revente de sa participation dans Arkema et d'un quart de ses titres Pernod Ricard. Ces cessions ont également dopé la trésorerie de GBL qui atteint désormais de 1,27 milliard (pour un endettement de 1,2 milliard). Au total, la force de frappe de la holding s'élève même à 2,22 milliard en tenant compte de lignes de crédit non tirées de 950 millions.L'actif net ajusté de GBL s'élevait à 11,82 milliards à la fin juin, en hausse de 254 millions sur le premier semestre. Le bénéfice net (712 millions) et la hausse sensible de Lafarge (+482 millions, soit +29%) ont été en grande partie été effacés par le repli de Total et de GDF Suez, les deux principales participations de la holding. Par action, la valeur intrinsèque de GBL atteignait 73,22 euros à la clôture du premier semestre.Cédric Boittewww.accioz.be