GDF Suez cède 1.700 MW de production en Belgique et, en faible partie, aux Pays-Bas, et en retour reçoit des capacités équivalentes en Allemagne. L'accord définitif devrait être signé dans le courant de l'année 2009.

En clair, il espère voir tomber la taxe de 250 millions d'euros sur les producteurs d'électricité d'origine nucléaire que le gouvernement fédéral a inscrite au budget 2008. En contrepartie de la "Pax 2", le groupe franco-belge a en effet reçu de la part du gouvernement Verhofstadt, en 2006, la promesse de ne pas voir votées des mesures "discriminatoires" contre Electrabel.

L'ensemble de l'opération se fera sous forme d'échange d'actifs. Pas question de verser un euro de part ou d'autre.

GDF Suez vend les centrales de Vilvorde (gaz) et Langerlo (charbon et biomasse) pour un total de 941 MW dont 132 MW hydrauliques, accorde des droits de tirage au niveau des centrales nucléaires de Tihange 1 (184 MW), Doel 1 (150 MW) et Doel 2 (166 MW) et fournit 270 MW de capacité en provenance de centrales thermiques au Pays-Bas aux mêmes conditions que les MW nucléaires.

De son côté, E.ON vend trois centrales en Allemagne pour un total de 991 MW et accorde des droits de tirage dans trois centrales nucléaires allemandes pour un total de 700 MW.

Les accords tiennent compte des possibilités de fermeture des trois centrales belges en 2015 et de la fin programmée du nucléaire en Allemagne. Gérard Mestrallet s'est déclaré satisfait d'un accord qui permet à GDF Suez de s'orienter de plus en plus vers l'image d'un groupe énergétique paneuropéen.

GDF Suez cède 1.700 MW de production en Belgique et, en faible partie, aux Pays-Bas, et en retour reçoit des capacités équivalentes en Allemagne. L'accord définitif devrait être signé dans le courant de l'année 2009.En clair, il espère voir tomber la taxe de 250 millions d'euros sur les producteurs d'électricité d'origine nucléaire que le gouvernement fédéral a inscrite au budget 2008. En contrepartie de la "Pax 2", le groupe franco-belge a en effet reçu de la part du gouvernement Verhofstadt, en 2006, la promesse de ne pas voir votées des mesures "discriminatoires" contre Electrabel.L'ensemble de l'opération se fera sous forme d'échange d'actifs. Pas question de verser un euro de part ou d'autre.GDF Suez vend les centrales de Vilvorde (gaz) et Langerlo (charbon et biomasse) pour un total de 941 MW dont 132 MW hydrauliques, accorde des droits de tirage au niveau des centrales nucléaires de Tihange 1 (184 MW), Doel 1 (150 MW) et Doel 2 (166 MW) et fournit 270 MW de capacité en provenance de centrales thermiques au Pays-Bas aux mêmes conditions que les MW nucléaires.De son côté, E.ON vend trois centrales en Allemagne pour un total de 991 MW et accorde des droits de tirage dans trois centrales nucléaires allemandes pour un total de 700 MW.Les accords tiennent compte des possibilités de fermeture des trois centrales belges en 2015 et de la fin programmée du nucléaire en Allemagne. Gérard Mestrallet s'est déclaré satisfait d'un accord qui permet à GDF Suez de s'orienter de plus en plus vers l'image d'un groupe énergétique paneuropéen.