Le cabinet rappelle qu'un protocole d'accord signé en octobre 2009 entre l'Etat belge et le groupe français prévoit une contribution fixée de 215 à 245 millions d'euros de 2010 à 2015. Au-delà de cette date, le montant de la contribution n'a pas encore été fixée étant donné qu'on ne connaît pas encore le prix de l'énergie qui sera d'application à ce moment mais il ne s'agit pas d'une contribution supplémentaire s'ajoutant à celle déjà prévue. Les quotidiens L'Echo et De Tijd écrivaient vendredi matin que selon les réponses que le ministre a fournies à la Commission européenne, le groupe français GDF Suez pourrait bien encore devoir payer une nouvelle contribution à l'Etat belge pour la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Cette contribution viendrait donc s'ajouter aux 215 à 245 millions d'euros de taxes inscrits dans l'accord et destinés à corriger l'avantage que possèdent les producteurs nucléaires sur les autres producteurs, écrivaient les journaux.