La cotation de l'entreprise wallonne avait déjà été suspendue trois mois avant de reprendre en juin, et à la reprise, elle avait accusé une diminution de 50%. La suspension avait déjà été mise à profit pour une première phase de recapitalisation alors que la société a été mise à rude épreuve par la crise sanitaire.

Le bout du tunnel semble toutefois se dessiner, alors que les résultats du troisième trimestre publiés jeudi par Hamon montrent "les premiers signes de reprise". "Cette amélioration est principalement due à une activité soutenue en systèmes de refroidissement, tours humides et aérocondenseurs", commente la société.

À la fin du troisième trimestre, l'entreprise enregistrait 196 millions d'euros de commandes et à la mi-octobre, 233 millions d'euros. Hamon se montre optimiste pour le dernier trimestre de l'année.

Cependant, le conseil d'administration de l'entreprise a constaté que les besoins de financement étaient supérieurs "au montant initialement avancé de 7 millions d'euros". Pour permettre de finaliser "sereinement" la deuxième phase du plan de renforcement de fonds propres, Hamon a demandé la suspension de la cotation de ses actions.

La première phase avait permis de lever 15 millions d'euros de capitaux supplémentaires auprès de la Sogepa, le bras financier de la Wallonie.

La cotation de l'entreprise wallonne avait déjà été suspendue trois mois avant de reprendre en juin, et à la reprise, elle avait accusé une diminution de 50%. La suspension avait déjà été mise à profit pour une première phase de recapitalisation alors que la société a été mise à rude épreuve par la crise sanitaire. Le bout du tunnel semble toutefois se dessiner, alors que les résultats du troisième trimestre publiés jeudi par Hamon montrent "les premiers signes de reprise". "Cette amélioration est principalement due à une activité soutenue en systèmes de refroidissement, tours humides et aérocondenseurs", commente la société. À la fin du troisième trimestre, l'entreprise enregistrait 196 millions d'euros de commandes et à la mi-octobre, 233 millions d'euros. Hamon se montre optimiste pour le dernier trimestre de l'année. Cependant, le conseil d'administration de l'entreprise a constaté que les besoins de financement étaient supérieurs "au montant initialement avancé de 7 millions d'euros". Pour permettre de finaliser "sereinement" la deuxième phase du plan de renforcement de fonds propres, Hamon a demandé la suspension de la cotation de ses actions. La première phase avait permis de lever 15 millions d'euros de capitaux supplémentaires auprès de la Sogepa, le bras financier de la Wallonie.