Déjà contraint en août de relever son offre sur Asia Pacific Breweries (APB) de 50 à 53 dollars de Singapour, Heineken voit à nouveau sa quête de contrôle de APB entravée. Le brasseur néerlandais détient pour rappel 42% de APB mais souhaite en prendre le contrôle total, notamment en rachetant les 40% de Fraser & Neave, afin d'éviter d'en perdre le contrôle, Thai Bev avançant ses pions depuis plusieurs mois.

Le milliardaire thaïlandais -propriétaire de Thai Bev- vient toutefois de frapper un grand coup en lançant une offre de reprise via la holding TCC Assets sur les 70% de Fraser & Neave qu'il ne détient pas encore au prix de 8,88 dollars de Singapour, soit 9 milliards de dollars.

Il pourrait ainsi prendre le contrôle des 40% de APB détenus par Fraser & Neave, participation qui s'ajouterait à celle de 8,6% détenue par Kindest Place, une holding appartenant à un fils du milliardaire thaïlandais. S'il veut conserver le contrôle de APB, Heineken va donc devoir soumettre une offre exorbitante (la précédente étant déjà généreuse) à Charoen Sirivadhanabhakdi ou faire une suroffre sur Fraser & Neave. Une telle opération coûterait toutefois au moins 11 milliards de dollars soit bien plus que les 6 milliards de dollars initialement prévu par Heineken pour APB.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Déjà contraint en août de relever son offre sur Asia Pacific Breweries (APB) de 50 à 53 dollars de Singapour, Heineken voit à nouveau sa quête de contrôle de APB entravée. Le brasseur néerlandais détient pour rappel 42% de APB mais souhaite en prendre le contrôle total, notamment en rachetant les 40% de Fraser & Neave, afin d'éviter d'en perdre le contrôle, Thai Bev avançant ses pions depuis plusieurs mois.Le milliardaire thaïlandais -propriétaire de Thai Bev- vient toutefois de frapper un grand coup en lançant une offre de reprise via la holding TCC Assets sur les 70% de Fraser & Neave qu'il ne détient pas encore au prix de 8,88 dollars de Singapour, soit 9 milliards de dollars.Il pourrait ainsi prendre le contrôle des 40% de APB détenus par Fraser & Neave, participation qui s'ajouterait à celle de 8,6% détenue par Kindest Place, une holding appartenant à un fils du milliardaire thaïlandais. S'il veut conserver le contrôle de APB, Heineken va donc devoir soumettre une offre exorbitante (la précédente étant déjà généreuse) à Charoen Sirivadhanabhakdi ou faire une suroffre sur Fraser & Neave. Une telle opération coûterait toutefois au moins 11 milliards de dollars soit bien plus que les 6 milliards de dollars initialement prévu par Heineken pour APB.Cédric Boittewww.accioz.be