Ces départs s'expliquent principalement par des licenciements, des contrats externes non renouvelés, des départs en pension mais aussi par la décision de ceux qui estiment que leur place n'est plus chez Fortis, rebaptisée BNP Paribas Fortis, écrit le quotidien qui souligne que cette hémorragie est la conséquence de la décision prise fin 2008 de ne plus compenser les départs. Le Soir précise encore que les mois d'incertitude qui ont suivi la crise à la fin du mois de septembre chez Fortis ont eu un effet dévastateur sur le moral des troupes.

Ces départs s'expliquent principalement par des licenciements, des contrats externes non renouvelés, des départs en pension mais aussi par la décision de ceux qui estiment que leur place n'est plus chez Fortis, rebaptisée BNP Paribas Fortis, écrit le quotidien qui souligne que cette hémorragie est la conséquence de la décision prise fin 2008 de ne plus compenser les départs. Le Soir précise encore que les mois d'incertitude qui ont suivi la crise à la fin du mois de septembre chez Fortis ont eu un effet dévastateur sur le moral des troupes.