ArcelorMittal réduira donc la valeur du goodwill de ses filiales européennes de 4,3 milliards de dollars à la suite de la révision à la baisse des perspectives des résultats consécutive à la situation économique, la zone euro ayant replongé en récession en 2012.

Le premier groupe sidérurgique mondial a ainsi indiqué que la demande d'acier a baissé de 8% en 2012 en Europe. Ce repli conjoncturel aggrave encore la situation de surcapacité chronique affectant le marché européen.

Par ailleurs, ArcelorMittal indique s'attendre à ce que l'environnement demeure difficile à court et à moyen termes. Le premier groupe sidérurgique mondial précise toutefois que les dépréciations n'ont pas d'impact sur son endettement, ni sur ses avenants avec les banques.

Cédric Boitte

www.accioz.be