Ce résultat ne correspond pas aux prévisions de huit analystes financiers interrogés par l'agence d'information économique Dow Jones News, qui tablaient en moyenne sur une perte nette de 553 millions d'euros. Leurs estimations variaient néanmoins d'une perte de 21 millions d'euros à une perte de 854 millions d'euros. Le groupe a enregistré des dépréciations d'actifs 1,707 milliard d'euros au premier trimestre, en raison de pertes dans des fonds d'investissement (hedge et investment funds) et de réévaluations de biens immobiliers notamment. "Les impacts négatifs venant du chamboulement des marchés étaient importants au premier trimestre", indique ING dans un communiqué. Au quatrième trimestre, le groupe avait chiffré à 5,037 milliards d'euros l'impact de la crise. Il avait enregistré une perte nette de 3,7 milliards d'euros sur cette période. Le "revenu total" d'ING atteint 14,862 milliards d'euros au premier trimestre, en baisse de 25% par rapport au premier trimestre 2009.

Ce résultat ne correspond pas aux prévisions de huit analystes financiers interrogés par l'agence d'information économique Dow Jones News, qui tablaient en moyenne sur une perte nette de 553 millions d'euros. Leurs estimations variaient néanmoins d'une perte de 21 millions d'euros à une perte de 854 millions d'euros. Le groupe a enregistré des dépréciations d'actifs 1,707 milliard d'euros au premier trimestre, en raison de pertes dans des fonds d'investissement (hedge et investment funds) et de réévaluations de biens immobiliers notamment. "Les impacts négatifs venant du chamboulement des marchés étaient importants au premier trimestre", indique ING dans un communiqué. Au quatrième trimestre, le groupe avait chiffré à 5,037 milliards d'euros l'impact de la crise. Il avait enregistré une perte nette de 3,7 milliards d'euros sur cette période. Le "revenu total" d'ING atteint 14,862 milliards d'euros au premier trimestre, en baisse de 25% par rapport au premier trimestre 2009.