L'influence des intelligences artificielles (IA) va, à l'avenir, se faire ressentir sur notre vie de tous les jours. De nombreux gestionnaires se sont lancés sur ce segment ces dernières années, le premier ayant été Allianz en 2017, suivi par DWS et La Financière de l'Echiquier en 2018. En outre, nous avons également inclus dans ce groupe le fonds Pictet Digital, qui est plus ancien mais dont la stratégie se base aujourd'hui très largement sur ce secteur émergent.

Frédéric Fayolle (DWS): "L'intelligence artificielle ne représente souvent qu'une partie de l'activité des grands groupes technologiques." © PG

Définition

Pour Frédéric Fayolle, gestionnaire du fonds DWS Invest Artificial Intelligence, l'intelligence artificielle est " une intelligence automatisée par des algorithmes qui se créent eux-mêmes afin d'apporter des solutions à des problèmes qui ne pourraient pas être résolus de manière efficace par une intelligence humaine ". Les données sont à la base du développement des intelligences artificielles et sont fournies par des moyens aussi divers que les caméras de surveillance, les senseurs et capteurs ou les données de navigation sur Internet.

Si les données sont le carburant des IA, il n'y a pas vraiment de pénurie. " Le volume des données générées en 2020 devrait atteindre 44 milliards de teraoctets, soit l'équivalent de toutes les discussions enregistrées depuis que l'homme est apparu sur la Terre, indique Rolando Grandi, gestionnaire du fonds Echiquier Artificial Intelligence. Le défi sera, par contre, de parvenir à analyser cet océan de données qui arrivent en flux continu dans le système. "

Ce défi sera au centre de la problématique du big data et du deep learning et de toutes les sociétés appelées à canaliser les différents flux de données. Enfin, les applications pratiques vont également commencer à prendre de plus en plus de place dans nos sociétés. Quant à savoir si les intelligences artificielles vont un jour remplacer les humains, Frédéric Fayolle se veut relativement rassurant. " Les IA sont très efficaces pour remplacer les humains sur des points très précis, mais elles sont encore loin de pouvoir gérer globalement une économie ou d'avoir une intelligence émotionnelle. "

Sylvie Séjournet (Pictet): "Les entreprises dans notre portefeuille investissent en moyenne 3,6% de plus en R&D que la moyenne des composantes de l'indice MSCI World." © PG

Croissance mondiale

Certaines études ont montré que le marché de l'IA pourrait ajouter annuellement plus d'1% au potentiel de croissance mondial en raison de l'impact que cette technologie aura sur la productivité. Ce domaine est aujourd'hui le lieu d'investissements énormes de la part des grands groupes technologiques. " Les entreprises dans notre portefeuille investissent en moyenne 3,6% de plus en recherche et développement que la moyenne des composantes de l'indice MSCI World ", indique Sylvie Séjournet, gestionnaire du fonds Pictet Digital. En outre, elle souligne que la valorisation est actuellement redevenue attractive sur ce segment, avec une décote de 10% alors même que la croissance du chiffre d'affaires devrait rester largement plus rapide.

" Les intelligences artificielles font désormais partie de notre vie, que ce soit via les algorithmes de recommandation sur Netflix, les filtres anti-spam de nos boîtes de courriels ou les systèmes informatiques anti-virus, indique encore Rolando Grandi. Tous les secteurs vont être affectés par cette tendance et vont devoir développer une stratégie pour améliorer la manière dont les processus de fabrication sont agencés. " Comme un groupe de livraison de pizzas qui a mis au point un assistant vocal capable de prendre 4.000 commandes en simultané, ou encore l'utilisation de tracteurs intelligents qui permet de réduire fortement l'utilisation de pesticides. Les actifs sous gestion du fonds de La Financière de l'Echiquier (LFDE), lancé dans le courant de l'année 2018, dépassent désormais les 30 millions d'euros. A l'image des autres fonds de LFDE, Echiquier Artificial Intelligence sera extrêmement concentré, avec une trentaine de valeurs en portefeuille pour lesquelles la croissance attendue du chiffre d'affaires se monte à 23% par an pour les trois prochaines années.

Rolando Grandi (LFDE): "Tous les secteurs vont devoir développer une stratégie pour améliorer la manière dont les processus de fabrication sont agencés." © PG

Double tête

DWS s'est lancé en octobre dernier avec un produit qui sera géré par deux gestionnaires (un davantage axé sur les Etats-Unis, et l'autre sur la Chine) avec la volonté d'en faire rapidement un fonds d'une taille assez importante. Les actifs du fonds (40 millions d'euros) seront prochainement renforcés par l'ajout des encours d'un autre produit technologique qui sera fusionné dans cette nouvelle stratégie et qui devrait rapidement faire grimper les actifs sous gestion au-delà de 200 millions d'euros.

Frédéric Fayolle souligne qu'atteindre un niveau de pureté thématique élevé sera relativement plus difficile que pour d'autres thématiques du secteur technologique. " L'intelligence artificielle ne représente souvent directement qu'une partie de l'activité des grands groupes technologiques. Pour chaque société, nous ferons une analyse quant à l'impact que l'IA aura sur la croissance, les coûts, les parts de marché et la capacité à retenir les clients. Dans l'ensemble, il faut que l'impact de l'intelligence artificielle soit significatif au niveau de l'entreprise avant qu'elle entre dans la composition de notre portefeuille. "

" Notre portefeuille est aujourd'hui positionné à plus de 42% sur les applications pratiques chez les consommateurs finaux (traducteur automatique, recommandations d'achats, détection des fraudes) ou dans les entreprises (robots collaboratifs, service après-vente), qui sont encore plus nombreuses, détaille Frédéric Fayolle. Ce segment devrait encore gagner en importance durant les prochaines années à mesure que des applications comme les véhicules autonomes ou la réalité virtuelle vont rentrer dans notre vie quotidienne. " Le fonds est exposé sur 60 à 100 noms, avec un taux de rotation des actifs qui tournera autour de 30% par an.

Croissance rapide

Allianz Global Investors fut historiquement le premier gestionnaire à lancer une stratégie exposée explicitement sur ces tendances. " Les algorithmes d'intelligence artificielle sont désormais utilisés dans un grand nombre d'applications, et nous pensons que leur utilisation va encore se répandre durant les prochaines années, souligne Sebastian Thomas, le gestionnaire d'Allianz Global Artificial Intelligence. Sur le long terme, nous continuons de penser que l'innovation technologique reste la principale force dans le mécanisme de création de valeur. Et dans ce contexte, l'intelligence artificielle restera au centre de la digitalisation de nos économies. Il sera important de rester actif dans un contexte qui restera volatil, mais les sociétés sur lesquelles nous sommes exposés devraient réaliser des performances plus favorables que le reste du marché. "

Digitalisation

Pictet Digital a une stratégie plus ancienne. Ce fonds a traditionnellement adopté une approche relativement large de la digitalisation de l'économie, avec une exposition sectorielle plus diversifiée que les purs fonds exposés sur l'IA. Sa gestionnaire, Sylvie Séjournet, souligne toutefois que " l'intelligence artificielle est au centre de toutes les tendances sectorielles dans le monde digital et au centre de la quatrième révolution industrielle. La capacité des entreprises à créer des algorithmes et à intégrer les intelligences artificielles dans les activités opérationnelles est aujourd'hui d'une importances cruciale pour tous les segments ". Plus particulièrement, la taille du secteur de l'intelligence artificielle devrait exploser de 7 milliards de dollars en 2018 vers 120 milliards de dollars en 2025, soit un taux de croissance qui devrait approcher les 50% par an.