Pierre Huylenbroeck: "Plus à gagner qu'à perdre avec les actions"

Pierre Huylenbroeck est l'éditeur du Mister Market Magazine, un bimensuel en ligne pour les investisseurs curieux. Il est également l'auteur de deux ouvrages : Iedereen belegger et Onsterfelijk beursadvies. Lorsqu'on lui demande quel est son conseil ultime aux investisseurs, Pierre Huylenbroeck répond : "Épargner à long terme avec des actions."

"Ne négligez pas les actions. Le seul risque que vous courez est de perdre 100% de votre investissement en actions, alors que votre gain est illimité. Vous devez utiliser cette asymétrie de la Bourse à votre avantage. Les gains extrêmes sont toujours plus importants que les pertes extrêmes. Il est indispensable de tenir à l'oeil les actions qui rapportent et de vendre celles qui engendrent des pertes. Il arrive souvent que les investisseurs se débarrassent trop rapidement des actions performantes et conservent trop longtemps les actions décevantes. Or, à l'instar du jardinier, il faut arracher les mauvaises herbes et laisser pousser les fleurs."

Pierre Huylenbroeck recommande d'être à la fois patient et discipliné. Dans Iedereen belegger (Tous investisseurs), il donne un aperçu de ses propres règles en matière d'investissement. Quand il envisage d'acheter une action, il s'oblige à attendre trois mois. Et il ne s'autorise l'achat que d'une seule action par mois. Il étale ainsi ses acquisitions dans le temps. Lorsque la valeur d'une action de son portefeuille double, il vend la moitié de sa position. Ainsi il évite qu'une action ne prenne trop d'importance.

Ray Dalio: "Lancez-vous et apprenez de vos erreurs"

Au cours de l'été 2018, la chaîne de télévision américaine CNBC a demandé à Ray Dalio, le fondateur du hedge funds le plus prospère de tous les temps, ses meilleurs conseils pour les investisseurs. "Lancez-vous", a-t-il répondu. "Jouez le jeu et apprenez de vos erreurs au fur et à mesure." Le leitmotiv de Ray Dalio repose sur une sorte de formule mathématique : douleur + réflexion = progrès.

Ça aide de commencer jeune. Ray Dalio a acheté sa première action à l'âge de 12 ans. Diplômé de la Harvard Business School, il a lancé Bridgewater Associates à 26 ans depuis son appartement de deux chambres à New York. Avec 160 milliards d'actifs gérés, Bridgewater est aujourd'hui le plus important fonds spéculatif au monde.

Celui qui fêtera ses 70 ans en août prochain souhaite transmettre ses connaissances. Tout au long de sa vie, il a rédigé une longue liste de règles et de principes en matière d'investissement, de gestion et de leadership, qui ont été regroupés en 2017 dans un livre de 600 pages intitulé Principes: Life & Work.

L'un de ses conseils récurrents consiste à tenir un journal de bord. Ray Dalio a commencé à coucher sur le papier les raisons pour lesquelles il a acheté ou vendu certaines actions alors qu'il était âgé d'une vingtaine d'années. "J'ai entrepris cette démarche pour comparer le résultat à mes attentes et surtout pour comprendre pourquoi les choses se sont passées différemment de ce que j'avais prévu." Les investisseurs ont tendance à se souvenir de leurs investissements lucratifs et à oublier leurs échecs.

Warren Buffett : "Celui qui paie le coût le moins élevé sort vainqueur"

Chaque année, Warren Buffett écrit une lettre aux actionnaires de son holding. Toutes ses missives depuis 1977 figurent sur le site web de Berkshire Hathaway et regorgent de conseils pour les investisseurs. Nous en avons épinglé un dans la lettre de 2016.

"Supposons que les investisseurs actifs (groupe A) et les investisseurs passifs (groupe B) forment à eux seuls l'univers des investisseurs. Si le groupe B est condamné à obtenir des résultats moyens en termes de coûts, le groupe A l'est aussi. C'est le groupe qui adopte la stratégie du moindre coût qui l'emportera", a écrit Warren Buffett dans son avant-dernière lettre aux actionnaires. "Et si le groupe A paie des frais exorbitants, le manque à gagner sera considérable. Évidemment, quelques investisseurs professionnels battront la Bourse sur de longues périodes. Au cours de ma vie, je n'en ai toutefois identifié qu'une dizaine capables de le faire."

Warren Buffett fulmine contre la plupart des gestionnaires d'actifs et leurs "frais exorbitants". Il s'en prend en particulier aux gestionnaires de hedge funds et aux fonds investissant dans d'autres fonds (fonds de fonds). Et de conclure : "Si des milliers de milliards de dollars sont gérés par les Wall Streeters qui facturent des frais élevés, ce sont généralement les gestionnaires et pas les clients qui engrangent des profits excessifs. Les grands et les petits investisseurs devraient s'en tenir à des fonds à faible coût qui suivent l'indice boursier. Si on devait un jour ériger une statue en hommage à la personne qui a accompli le plus pour les investisseurs américains, le choix de Jack Bogle (qui est décédé au début de cette année, NDLR) devrait s'imposer. Pendant des décennies, il a encouragé les investisseurs à investir dans des fonds indiciels à très faible coût."

Traduction : virginie·dupont·sprl