Les marchés boursiers émergents ont subi divers mouvements de pression depuis le début de l'année. La normalisation de la politique monétaire a entraîné une appréciation du dollar, ce qui a provoqué des problèmes budgétaires importants dans plusieurs pays fortement endettés en devises fortes. Enfin, les tarifs douaniers annoncés par le gouvernement Trump ont jeté un doute profond sur la capacité de la Chine à maintenir une croissance économique soutenue.

Mise sous pression

" La Chine a clairement été mise sous pression, mais la réaction du pouvoir politique chinois a jusqu'ici été modérée, et les fondamentaux économiques restent intacts. La politique intérieure reste focalisée sur une montée en puissance de la consommation domestique, souligne Adam McCabe, head of asian fixed income chez AberdeenStandard Investments. Et les tensions économiques avec les Etats-Unis ne vont que renforcer ce rééquilibrage. En outre, le pouvoir politique reste fort, sous la direction de Xi Jinping. "

La Chine cherche également à imposer sa devise au niveau international. " A terme, les marchés financiers chinois feront partie de l'allocation de tous les investisseurs internationaux ", assure-t-il.

Richard Titherington, CIO emergingemarkets asia pacific Equities chez JP Morgan Asset Management, de son côté, indique que les querelles commerciales auront un impact négatif pour les deux économies. " La Chine reste toutefois déterminée à ouvrir son économie, sous la pression du secteur privé ", explique le responsable. Il indique également que l'endettement du pays est surtout concentré sur le secteur public, avec une part importante détenue par les acteurs domestiques. Nous ne sommes clairement pas dans le niveau d'incertitude du marché turc. "

Nicholas Yeo, head of equities pour la Chine et Hong Kong chez Aberdeen Standard Investments, souligne pour sa part que la consommation intérieure représente déjà 50 % de la croissance du PNB chinois. " Les jeunes générations veulent acheter d'autres choses que leurs parents, et les millennials représentent 350 millions de personnes. Les paiements dématérialisés progressent plus rapidement que dans n'importe quelle autre région du monde. C'est une évolution que nous cherchons à capturer dans notre stratégie axée sur les actions chinoises domestiques. "

Spéculatif

Le marché boursier domestique chinois (3.500 sociétés) reste encore toutefois très largement dominé par les investisseurs retail. Il est régulièrement stigmatisé comme étant très spéculatif, avec un comportement qui diffère souvent des autres grands marchés internationaux.

" L'ouverture du marché domestique aux investisseurs internationaux a toutefois provoqué un changement d'attitude de la part de nombreuses sociétés chinoises, indique Nicholas Yeo. Il y a encore une importante marge d'amélioration, mais il est clair que les sociétés domestiques se sont davantage ouvertes aux investisseurs internationaux, et ont sensiblement amélioré la manière dont elles communiquent vers l'extérieur. "

"Big caps"

La possibilité offerte aux gestionnaires d'actifs étrangers d'être physiquement présents sur le marché a également contribué à ce changement. " Le gouvernement est clairement ennuyé que le marché chinois soit souvent assimilé à un casino, ce qui constitue un frein au développement économique du pays en effrayant les gestionnaires de fonds qui chercheraient à s'exposer sur ces marchés ", souligne encore Nicholas Yeo. Il indique également que la correction intervenue depuis le début de l'année constitue une opportunité, à condition de viser les grandes capitalisations de qualité, notamment celles disposant de marques locales fortes comme le producteurs de spiritueux (Kweichow Moutai), le tourisme (China International Travel Services, Shanghai International Airport), la technologie (Hikvision) ou les compagnies d'assurances (Ping An).

Richard Titherington va également dans ce sens. " La part des investisseurs institutionnels internationaux va augmenter dans le futur, et les sociétés domestiques seront mieux suivies. Il est désormais possible de trouver des actions de qualité valorisées de manière attractive, orientées sur la technologie et la consommation des ménages. " Il souligne également que ces secteurs ont enregistré des progressions significatives de leurs capitalisations ces dernières années. " Un producteur de produits laitiers comme Inner Mongolia Yili pèse désormais 32 milliards de dollars, contre 57 milliards pour Danone. De même, Kweichow Moutai est aujourd'hui un acteur plus important que Diageo, avec une capitalisation de 146 milliards de dollars contre 90 milliards pour le groupe britannique. "

Nouvelles stars

Sonal Tanna, gestionnaire de fonds en actions chinoises chez JP Morgan Asset Management, rappelle que les sociétés chinoises, soutenues par les pouvoirs publics, visent à développer de plus en plus des produits de qualité capables de rivaliser avec ceux proposés par les compagnies occidentales. " Cette tendance se reflète déjà dans les tensions commerciales avec les Etats-Unis. Le marché des actions domestiques chinoises est déjà le deuxième plus important au niveau mondial derrière Wall Street. Nous avons aujourd'hui près de 1.000 actions onshore qui disposent d'une liquidité journalière suffisante pour entrer dans la composition de nos portefeuilles, contre environ 650 pour l'ensemble des autres marchés émergents. Ces marchés représentent une opportunité incroyable pour un investisseur fondamental qui dispose de moyens de recherche importants sur cette région. "

Outre les grands noms déjà cités plus haut, Sonal Tanna indique qu'il existe encore de très nombreuses opportunités qui ne sont pas encore connues dans le monde des investisseurs avertis, comme le spécialiste chinois de la reconnaissance vocale iFlytek, ou encore Generation-Z (acteur majeur dans les jeux online) et Wuxi Bio (optimisation de la recherche en biotechnologie). " Parmi les nouvelles introductions boursières dont la capitalisation dépasse 1 milliard de dollars, le pourcentage de sociétés chinoises est passé de 0 % en 2013 à 36 % en 2017 ; tandis que la part des Etats-Unis reculait de 75 % vers 41 %. La Chine menace aujourd'hui clairement la domination américaine sur les marchés financiers. "

Une opportunité obligataire

Sur le marché obligataire, Adam McCabe, head of asian fixed income chez AberdeenStandard Investments, souligne que le marché chinois offre également des opportunités de diversification attractives, avec un profil de risque diversifié par rapport aux marchés internationaux. " Le rendement est plus élevé et la volatilité moins importante, avec des pouvoirs publics qui vont continuer à supporter la croissance économique par une politique fiscale qui vise une allocation du capital plus équilibrée ", indique-t-il. Adam McCabe constate également que le contenu du soutien sera différent de 2008, avec un moindre recours au système financier parallèle. " Nous investissons essentiellement sur les emprunts souverains ou quasi souverains, et nous restons à l'écart de la dette d'entreprise, cette classe d'actifs restant encore beaucoup trop risquée pour pouvoir pleinement y participer. Nous pensons également qu'un changement tectonique va se produire lorsque la Chine sera intégrée aux grands indices obligataires mondiaux, avec une pondération qui se situera entre 5 et 10 % dès le premier jour. "