"Les exportations ont connu en juillet leur meilleur niveau depuis
2003", a-t-il dit. Selon lui, l'Irak a exporté 63,1 millions de barils
contre 57,7 millions en juin. Quant aux revenus, sur une base moyenne de 64,42 dollars le baril, Bagdad a engrangé 4,66 milliards de dollars. L'Irak a établi son budget 2009 sur la base d'un baril à 50 dollars.

Le niveau actuel des exportations de brut est comparable à la période ayant précédé l'invasion de 2003, lorsque les exportations se situaient autour de deux millions de barils/j, soit environ 60 à 62 millions de barils/mois. Après l'invasion, elles étaient descendues jusqu'à 1,3-1,4 millions de barils/j.

En juillet, la majorité des exportations sont passées par le port
méridional de Bassorah, avec 46 millions de barils qui ont rapporté 2,99 milliards de dollars. Quelque 16,9 millions de barils ont transité par l'oléduc reliant Kirkouk dans le nord au port turc de Ceyhan sur la mer Méditerranée, rapportant 1,67 milliards de dollars.

Le pétrole représente 87% des recettes du budget de l'Etat. L'Irak
entend doubler dans les cinq prochaines années ses exportations.