Ces mesures contiennent notamment des aides aux jeunes diplômés pour qu'ils trouvent du travail. Elles visent aussi à soutenir les petites entreprises, doivent favoriser l'investissement dans les industries respectueuses de l'environnement et encouragent la consommation. En lançant ce train de dispositions nouvelles, dont les grandes lignes avaient été dévoilées fin août, le gouvernement de centre-gauche de Naoto Kan espère ajouter 0,3 point à la croissance du produit intérieur brut du pays et créer 200.000 emplois, afin de faire face au ralentissement de la reprise au Japon. Confrontée au fléchissement de la reprise dans les pays occidentaux, l'économie nippone, qui dépend fortement des exportations, n'a crû que de 1,5% en rythme annualisé au deuxième trimestre, contre 5,0% au premier, a annoncé Tokyo vendredi. Avec ce plan, le gouvernement de M. Kan veut aussi faire face aux effets de la hausse du yen, phénomène qui handicape les entreprises nippones engagées à l'étranger et fragilise le tissu industriel nippon. La baisse des prix au détail touche l'économie nippone depuis près d'un an et demi, ce qui freine l'investissement des sociétés et la consommation des ménages, mais le gouvernement espère inciter les entreprises et particuliers à dépenser en stimulant l'économie par le recours au budget.

Ces mesures contiennent notamment des aides aux jeunes diplômés pour qu'ils trouvent du travail. Elles visent aussi à soutenir les petites entreprises, doivent favoriser l'investissement dans les industries respectueuses de l'environnement et encouragent la consommation. En lançant ce train de dispositions nouvelles, dont les grandes lignes avaient été dévoilées fin août, le gouvernement de centre-gauche de Naoto Kan espère ajouter 0,3 point à la croissance du produit intérieur brut du pays et créer 200.000 emplois, afin de faire face au ralentissement de la reprise au Japon. Confrontée au fléchissement de la reprise dans les pays occidentaux, l'économie nippone, qui dépend fortement des exportations, n'a crû que de 1,5% en rythme annualisé au deuxième trimestre, contre 5,0% au premier, a annoncé Tokyo vendredi. Avec ce plan, le gouvernement de M. Kan veut aussi faire face aux effets de la hausse du yen, phénomène qui handicape les entreprises nippones engagées à l'étranger et fragilise le tissu industriel nippon. La baisse des prix au détail touche l'économie nippone depuis près d'un an et demi, ce qui freine l'investissement des sociétés et la consommation des ménages, mais le gouvernement espère inciter les entreprises et particuliers à dépenser en stimulant l'économie par le recours au budget.