En six mois, le taux de couverture moyen des crédits douteux est ainsi passé de 62 à 57pc, selon l'étude qui porte sur une cinquantaine de banques, dont la KBC en Belgique. La différence est très marquée en Espagne où ce taux a été ramené de 90 à 68pc et en Allemagne, où il est passé de 58 à 48pc.

A taux de couverture constant, les banques étudiées auraient clôturé le premier semestre nettement dans le rouge, à -8,8 milliards d'euros, alors qu'elles ont publié un résultat global faisant état d'un bénéfice avant impôt de 19,1 milliards.

En Belgique, KBC a réduit son taux de couverture de 60 à 50pc alors que ses crédits à risque passaient de 3,24 à 4,9 milliards d'euros. A taux de couverture constant, son résultat avant impôt se serait soldé par une perte de 4 milliards, au lieu de 3,4 milliards inscrits dans ses comptes, écrit L'Echo.

Les spécialistes prévoient aussi un redémarrage progressif des fusions et acquisitions dans le milieu bancaire. Les trois banques qui répondent aux critères pour constituer des cibles à ce niveau sont la Royal Bank of Scotland, Lloyds et KBC, rapporte L'Echo.

En six mois, le taux de couverture moyen des crédits douteux est ainsi passé de 62 à 57pc, selon l'étude qui porte sur une cinquantaine de banques, dont la KBC en Belgique. La différence est très marquée en Espagne où ce taux a été ramené de 90 à 68pc et en Allemagne, où il est passé de 58 à 48pc.A taux de couverture constant, les banques étudiées auraient clôturé le premier semestre nettement dans le rouge, à -8,8 milliards d'euros, alors qu'elles ont publié un résultat global faisant état d'un bénéfice avant impôt de 19,1 milliards.En Belgique, KBC a réduit son taux de couverture de 60 à 50pc alors que ses crédits à risque passaient de 3,24 à 4,9 milliards d'euros. A taux de couverture constant, son résultat avant impôt se serait soldé par une perte de 4 milliards, au lieu de 3,4 milliards inscrits dans ses comptes, écrit L'Echo.Les spécialistes prévoient aussi un redémarrage progressif des fusions et acquisitions dans le milieu bancaire. Les trois banques qui répondent aux critères pour constituer des cibles à ce niveau sont la Royal Bank of Scotland, Lloyds et KBC, rapporte L'Echo.