Plusieurs repreneurs potentiels ont déjà été contactés. Si elle devait se concrétiser, la vente de Secura, détenue à 95,04 pc par KBC, constituerait le premier désinvestissement consenti par le groupe KBC depuis l'intervention financière des pouvoirs publics, écrit encore L'Echo. En 2001 et 2004, le groupe avait déjà tenté une telle opération mais sans succès.