Cet accord concerne une quarantaine de clients "private banking" et d'entreprises ayant confié la défense de leurs intérêts à Deminor et qui avaient investi dans différentes CDO de KBC. Le plus souvent, il s'agissait de tranches "junior" ou "investor" dont la réduction de valeur consécutive à la crise du crédit a été substantielle, est-il précisé. Les négociations, entamées en mars 2009, ont abouti à un accord de principe en août.

"La compensation proposée varie d'un dossier à l'autre, en fonction des éléments spécifiques à chacun d'eux. Début septembre, les clients de Deminor ont accepté l'accord unanimement", précisent encore KBC et Deminor, ajoutant que KBC et le groupe de clients de Deminor "mettent ainsi un terme définitif au litige". "Les deux parties s'abstiennent de tout autre commentaire relatif au contenu des arrangements. En outre, Deminor ne défendra plus à l'avenir aucun nouveau dossier relatif à des investissements en CDO vendus par KBC", conclut le communiqué.

Cet accord concerne une quarantaine de clients "private banking" et d'entreprises ayant confié la défense de leurs intérêts à Deminor et qui avaient investi dans différentes CDO de KBC. Le plus souvent, il s'agissait de tranches "junior" ou "investor" dont la réduction de valeur consécutive à la crise du crédit a été substantielle, est-il précisé. Les négociations, entamées en mars 2009, ont abouti à un accord de principe en août."La compensation proposée varie d'un dossier à l'autre, en fonction des éléments spécifiques à chacun d'eux. Début septembre, les clients de Deminor ont accepté l'accord unanimement", précisent encore KBC et Deminor, ajoutant que KBC et le groupe de clients de Deminor "mettent ainsi un terme définitif au litige". "Les deux parties s'abstiennent de tout autre commentaire relatif au contenu des arrangements. En outre, Deminor ne défendra plus à l'avenir aucun nouveau dossier relatif à des investissements en CDO vendus par KBC", conclut le communiqué.