La vente de la filiale de KBC spécialisée dans le capital à risque est une des exigences imposées par l'Union européenne à la banque flamande. L'affaire a pris une mauvaise tournure au début du mois en raison d'intérêts contradictoires survenus entre KBC, le management de KBC PE et les candidats repreneurs.