Les titres seront achetés à 70% de leur valeur nominale. "En agissant de la sorte dans les conditions actuelles du marché, KBC offre aux obligataires une opportunité de sortie intéressante grâce au paiement d'une prime au-dessus du cours du marché. Parallèlement, KBC Bank générera une plus-value en rachetant à un prix réduit par rapport à la valeur nominale des titres, ce qui renforcera encore la qualité de son capital de base", explique le bancassureur dans un communiqué.

En cas de rachat de tous les titres en cours, la plus-value après impôts s'élèverait à environ 0,2 milliard d'euros et l'impact sur le ratio de capital de base de la banque (core Tier-1) serait d'approximativement +0,25%, précise encore le bancassureur. Les titres "hybrides" présentent des caractéristiques tant des actions que des obligations : ils versent un coupon d'intérêts, mais ils n'ont pas d'échéance finale et sont subordonnés aux autres obligations en cas de faillite.

Les titres seront achetés à 70% de leur valeur nominale. "En agissant de la sorte dans les conditions actuelles du marché, KBC offre aux obligataires une opportunité de sortie intéressante grâce au paiement d'une prime au-dessus du cours du marché. Parallèlement, KBC Bank générera une plus-value en rachetant à un prix réduit par rapport à la valeur nominale des titres, ce qui renforcera encore la qualité de son capital de base", explique le bancassureur dans un communiqué.En cas de rachat de tous les titres en cours, la plus-value après impôts s'élèverait à environ 0,2 milliard d'euros et l'impact sur le ratio de capital de base de la banque (core Tier-1) serait d'approximativement +0,25%, précise encore le bancassureur. Les titres "hybrides" présentent des caractéristiques tant des actions que des obligations : ils versent un coupon d'intérêts, mais ils n'ont pas d'échéance finale et sont subordonnés aux autres obligations en cas de faillite.