KBC devrait réduire sa taille bilantaire d'un quart, voire moins, sur
une période de plusieurs années. C'est nettement moins que ses
collègues européens tels que ING (qui doit réduire son bilan de 30 à 45%), WestLB (50%) et Commerzbank (43%).

Si le modèle de bancassurance de KBC n'est pas menacé, le groupe devrait toutefois vendre sa division "private banking", KBL. La banque
d'affaires JPMorgan est d'ailleurs en train de sonder les éventuels candidats au rachat de celle-ci.

Sur la liste des activités à vendre se trouveraient aussi le réseau d'agents indépendants Centea et la filiale d'assurances Fidea. Des désinvestissements seraient également prévus dans la division de
banque d'affaires et en Europe de l'Est, ajoute le quotidien.

KBC devrait réduire sa taille bilantaire d'un quart, voire moins, sur une période de plusieurs années. C'est nettement moins que ses collègues européens tels que ING (qui doit réduire son bilan de 30 à 45%), WestLB (50%) et Commerzbank (43%).Si le modèle de bancassurance de KBC n'est pas menacé, le groupe devrait toutefois vendre sa division "private banking", KBL. La banque d'affaires JPMorgan est d'ailleurs en train de sonder les éventuels candidats au rachat de celle-ci.Sur la liste des activités à vendre se trouveraient aussi le réseau d'agents indépendants Centea et la filiale d'assurances Fidea. Des désinvestissements seraient également prévus dans la division de banque d'affaires et en Europe de l'Est, ajoute le quotidien.