Colruyt bouclera donc l'exercice 2012-2013 sur un profit proche des 342,9 millions d'euros de 2011-2012, nettement moins que les 358 millions prévus en moyenne par les analystes. Pour expliquer ces prévisions prudentes, Colruyt épingle le climat la baisse du pouvoir d'achat des consommateurs qui pèse sur les prix alors que les coûts continuent de progresser (salaires, énergie, matières premières). Les gains de parts de marché du distributeur sont donc anéantis par une perte de rentabilité.

En France, les importantes activités de distribution professionnelle souffrent du climat conjoncturel qui incite les ménages à réduire leurs dépenses dans les snacks, restaurants et brasseries.

Il ne semble pas y avoir d'amélioration possible dans un avenir proche, au contraire, le renforcement annoncé de la concurrence sur le marché belge avec l'arrivée de Ahold en Flandre et le développement d'une nouvelle enseigne de hard discount (Red Market du groupe Delhaize) pourrait continuer à faire pression sur les prix, voire enrayer l'évolution de la part de marché de Colruyt.

Cédric Boitte

www.accioz.be