Dans l'attente d'une éventuelle décision de la cour d'appel sur le démantèlement de Fortis, qui pourrait tomber vendredi soir, l'action du bancassureur a été suspendue en fin d'après-midi à la demande de la Commission bancaire, financière et des assurances. Le titre s'échangeait alors à 0,92 euro. La cotation devrait reprendre lundi.

"Nous attendons effectivement une décision de la cour d'appel ce vendredi soir ou lundi", a confirmé Me Laurent Arnauts, du bureau d'avocats bruxellois Modrikamen. Représentant quelque 2.000 petits actionnaires de Fortis, ce dernier avait introduit une demande de suspension de l'opération de démantèlement du bancassureur.

"Nous avons été convoqué ce vendredi après-midi par le président de la cour d'appel dans le cadre d'une requête en réouverture des débats introduite jeudi par la Société fédérale de participations et d'investissement, a poursuivi Me Arnauts. La cour voulait entendre la position de toutes les parties à ce sujet."

Jeudi, le bras financier de l'Etat fédéral avait introduit cette requête en se basant sur l'avis, approuvant sous conditions la reprise de Fortis par BNP Paribas, rendu par la Commission européenne le 3 décembre dernier. "Cette requête a été introduite in extremis, ce qui nous laisse penser qu'on tente de créer un problème juridique de dernière minute, a encore indiqué Me Arnauts. Nous sommes désormais dans l'expectative."

La cour d'appel peut en effet se prononcer soit sur le démantèlement du bancassureur en lui-même, soit sur cette requête en réouverture des débats, ce qui risquerait de retarder sa décision principale de plusieurs.

Des observateurs proches du dossier y voient une manoeuvre de l'Etat pour retarder le prononcé de l'arrêt de la cour d'appel. L'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles n'étant pas attendu avant une quinzaine de jours, il y a de fortes chances pour que le bouclage de la vente de Fortis Banque à BNP Paribas soit réalisé avant son prononcé.

Dans l'attente d'une éventuelle décision de la cour d'appel sur le démantèlement de Fortis, qui pourrait tomber vendredi soir, l'action du bancassureur a été suspendue en fin d'après-midi à la demande de la Commission bancaire, financière et des assurances. Le titre s'échangeait alors à 0,92 euro. La cotation devrait reprendre lundi."Nous attendons effectivement une décision de la cour d'appel ce vendredi soir ou lundi", a confirmé Me Laurent Arnauts, du bureau d'avocats bruxellois Modrikamen. Représentant quelque 2.000 petits actionnaires de Fortis, ce dernier avait introduit une demande de suspension de l'opération de démantèlement du bancassureur."Nous avons été convoqué ce vendredi après-midi par le président de la cour d'appel dans le cadre d'une requête en réouverture des débats introduite jeudi par la Société fédérale de participations et d'investissement, a poursuivi Me Arnauts. La cour voulait entendre la position de toutes les parties à ce sujet."Jeudi, le bras financier de l'Etat fédéral avait introduit cette requête en se basant sur l'avis, approuvant sous conditions la reprise de Fortis par BNP Paribas, rendu par la Commission européenne le 3 décembre dernier. "Cette requête a été introduite in extremis, ce qui nous laisse penser qu'on tente de créer un problème juridique de dernière minute, a encore indiqué Me Arnauts. Nous sommes désormais dans l'expectative."La cour d'appel peut en effet se prononcer soit sur le démantèlement du bancassureur en lui-même, soit sur cette requête en réouverture des débats, ce qui risquerait de retarder sa décision principale de plusieurs.Des observateurs proches du dossier y voient une manoeuvre de l'Etat pour retarder le prononcé de l'arrêt de la cour d'appel. L'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles n'étant pas attendu avant une quinzaine de jours, il y a de fortes chances pour que le bouclage de la vente de Fortis Banque à BNP Paribas soit réalisé avant son prononcé.