Avec un bénéfice net de 140 millions d'euros, Tessenderlo avait signé en 2008 son meilleur exercice. L'année 2009 s'annonce toutefois sous de moins bons auspices, selon Gérard Marchand, président de Tessenderlo Chimie. L'activité "engrais" est actuellement dans une situation difficile alors que le traditionnel pic de vente observé au printemps n'a pas eu lieu cette année. Quant aux matières synthétiques, elles sont également frappées de plein fouet par la crise économique.

Le climat économique actuel a poussé le groupe chimique à prendre une série de mesures destinées à réduire la surcapacité, comme la prochaine fermeture de deux usines en France ou la réduction de la production d'un certain nombre d'usines, via un recours au chômage économique, a précisé Gérard Marchand. Tessenderlo Chimie compte encore limiter au maximum les investissements en cours cette année. Il semble en effet qu'après le premier trimestre, le deuxième trimestre 2009 devrait également se terminer sur un résultat négatif.

"Mais notre bilan est sain et nous n'avons pas de soucis à nous faire sur le plan financier. Nous voulons garder cette structure avec un niveau de dette bas tant que la crise durera", a encore expliqué le président du groupe chimique. "En ce moment, nous n'avons pas une visibilité suffisante pour faire des prévisions sur l'ensemble de l'année. Nous pouvons seulement espérer une reprise à l'automne. Mais même en cas de reprise, elle aura un impact limité sur les résultats de 2009. Nous pouvons d'ores et déjà qualifier l'année 2009 de moyenne", a conclu Gérard Marchand.