La devise européenne, qui ne cesse de progresser depuis qu'elle a passé le seuil psychologique de 1,45 dollar la semaine dernière, a touché mercredi 1,4732 dollar, niveau inédit depuis le 25 septembre 2008.

"La force de l'euro reflète en grande partie l'optimisme croissant du marché et la vulnérabilité du dollar", a souligné Vassili Serebriakov, de la banque Wells Fargo.

Le billet vert, valeur refuge en temps de crise, perd de son attrait
alors que les signes de reprise de l'activité se multiplient et que les
marchés boursiers atteignent leurs plus hauts niveaux depuis début octobre, peu après la faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers.

L'euro avait flambé l'année dernière jusque 1,60 dollar en juillet
2008. Il avait ensuite plongé avec l'accélération de la crise financière, évoluant pendant l'hiver sous 1,25 dollar.

La devise européenne, qui ne cesse de progresser depuis qu'elle a passé le seuil psychologique de 1,45 dollar la semaine dernière, a touché mercredi 1,4732 dollar, niveau inédit depuis le 25 septembre 2008."La force de l'euro reflète en grande partie l'optimisme croissant du marché et la vulnérabilité du dollar", a souligné Vassili Serebriakov, de la banque Wells Fargo.Le billet vert, valeur refuge en temps de crise, perd de son attrait alors que les signes de reprise de l'activité se multiplient et que les marchés boursiers atteignent leurs plus hauts niveaux depuis début octobre, peu après la faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers.L'euro avait flambé l'année dernière jusque 1,60 dollar en juillet 2008. Il avait ensuite plongé avec l'accélération de la crise financière, évoluant pendant l'hiver sous 1,25 dollar.