Vers 19H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro s'échangeait à 1,2560 dollar contre 1,2585 mardi vers 22H00 GMT. Face au yen, l'euro montait à 117,65 yens, contre 116,31 la veille. Le dollar avançait en revanche à 93,66 yens, contre 92,39 mardi. La monnaie européenne a touché vers 16H15 GMT un plus bas depuis le 21 novembre face au billet vert, à 1,2513 dollar. "Les problèmes de l'Europe de l'Est ont ravivé les craintes non seulement pour le secteur financier européen mais aussi sur la profondeur de la récession en zone euro", a expliqué Jessica Hoversen, de MF Global, qui estime que l'euro pourrait tomber à moyen terme sous 1,20 dollar. Selon elle, la situation pourrait contraindre la Banque centrale européenne (BCE) à réduire son taux directeur sous 2%, ce qui réduirait l'écart des taux avec les Etats-Unis, où le taux directeur est fixé quasiment à zéro. La Commission européenne s'est dite "préoccupée" par la "volatilité" des monnaies des pays d'Europe de l'Est, dont plusieurs ont fortement chuté. Depuis le début de la semaine, le forint hongrois, la couronne tchèque, le zloty polonais ou le leu roumain ont connu de fortes turbulences en raison d'inquiétudes sur la situation des banques de ces pays et de craintes de retraits massifs de capitaux. L'agence de notation financière Moody's avait souligné mardi dans une étude l'exposition des banques d'Europe de l'Ouest vis-à-vis de leurs filiales d'Europe de l'Est. "Il y a des rumeurs sur le marché que la France ou l'Allemagne pourraient être forcées de venir soutenir certains pays en Europe centrale et de l'Est, vu l'exposition de leurs banques à la région", ont prévenu les analystes de BNP Paribas.

Vers 19H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro s'échangeait à 1,2560 dollar contre 1,2585 mardi vers 22H00 GMT. Face au yen, l'euro montait à 117,65 yens, contre 116,31 la veille. Le dollar avançait en revanche à 93,66 yens, contre 92,39 mardi. La monnaie européenne a touché vers 16H15 GMT un plus bas depuis le 21 novembre face au billet vert, à 1,2513 dollar. "Les problèmes de l'Europe de l'Est ont ravivé les craintes non seulement pour le secteur financier européen mais aussi sur la profondeur de la récession en zone euro", a expliqué Jessica Hoversen, de MF Global, qui estime que l'euro pourrait tomber à moyen terme sous 1,20 dollar. Selon elle, la situation pourrait contraindre la Banque centrale européenne (BCE) à réduire son taux directeur sous 2%, ce qui réduirait l'écart des taux avec les Etats-Unis, où le taux directeur est fixé quasiment à zéro. La Commission européenne s'est dite "préoccupée" par la "volatilité" des monnaies des pays d'Europe de l'Est, dont plusieurs ont fortement chuté. Depuis le début de la semaine, le forint hongrois, la couronne tchèque, le zloty polonais ou le leu roumain ont connu de fortes turbulences en raison d'inquiétudes sur la situation des banques de ces pays et de craintes de retraits massifs de capitaux. L'agence de notation financière Moody's avait souligné mardi dans une étude l'exposition des banques d'Europe de l'Ouest vis-à-vis de leurs filiales d'Europe de l'Est. "Il y a des rumeurs sur le marché que la France ou l'Allemagne pourraient être forcées de venir soutenir certains pays en Europe centrale et de l'Est, vu l'exposition de leurs banques à la région", ont prévenu les analystes de BNP Paribas.