Les chiffres du géant de l'acier, ArcelorMittal, n'ont rien de bien folichon mais ils sont pourtant salués en Bourse car supérieurs aux attentes. Au deuxième trimestre 2012, ArcelorMittal a réalisé un résultat net de 959 millions de dollars, contre 1,535 milliard un an plus tôt. L'ebitda s'est établi à 2,449 milliards, contre 3,413 milliards au deuxième trimestre 2011. Les analystes tablaient généralement sur 2,18 milliards de dollars.

Si le bénéfice est en recul d'une année à l'autre, le groupe n'en a pas moins fait des efforts de désendettement.

La dette nette a reculé de 1,6 milliard à 22 milliards de dollars, à la faveur essentiellement d'une plus-value de cession de 339 millions de dollars liée à la vente d'actifs aux Etats-Unis.

Le chiffre d'affaires fait également une courbe rentrante en reculant de 4,5% pour s'établir à 45,2 milliards de dollars. Cette baisse résulte principalement d'une baisse des prix de vente moyens de l'acier (-5,9%) et d'une diminution marginale des expéditions d'acier (-0,5%).

"L'Europe demeure notre principale préoccupation et la gravité de la situation se reflète dans la performance de nos unités européennes. Pour la seconde moitié de l'année, nous allons concentrer nos efforts sur la poursuite de l'amélioration de notre compétitivité et de la réduction de notre dette", a rappelé Lakshmi Mittal, Président et CEO d'ArcelorMittal.

Concernant ses perspectives, ArcelorMittal n'a pas mentionné de prévision chiffrée mais a indiqué que l'ebitda par tonne du groupe pour le deuxième semestre devrait être semblable au niveau sous-jacent du premier semestre. Par ailleurs, les expéditions d'acier devraient s'établir à un niveau inférieur à celui du premier semestre sous l'effet normal des facteurs saisonniers.

K.H.

Les chiffres du géant de l'acier, ArcelorMittal, n'ont rien de bien folichon mais ils sont pourtant salués en Bourse car supérieurs aux attentes. Au deuxième trimestre 2012, ArcelorMittal a réalisé un résultat net de 959 millions de dollars, contre 1,535 milliard un an plus tôt. L'ebitda s'est établi à 2,449 milliards, contre 3,413 milliards au deuxième trimestre 2011. Les analystes tablaient généralement sur 2,18 milliards de dollars.Si le bénéfice est en recul d'une année à l'autre, le groupe n'en a pas moins fait des efforts de désendettement.La dette nette a reculé de 1,6 milliard à 22 milliards de dollars, à la faveur essentiellement d'une plus-value de cession de 339 millions de dollars liée à la vente d'actifs aux Etats-Unis. Le chiffre d'affaires fait également une courbe rentrante en reculant de 4,5% pour s'établir à 45,2 milliards de dollars. Cette baisse résulte principalement d'une baisse des prix de vente moyens de l'acier (-5,9%) et d'une diminution marginale des expéditions d'acier (-0,5%). "L'Europe demeure notre principale préoccupation et la gravité de la situation se reflète dans la performance de nos unités européennes. Pour la seconde moitié de l'année, nous allons concentrer nos efforts sur la poursuite de l'amélioration de notre compétitivité et de la réduction de notre dette", a rappelé Lakshmi Mittal, Président et CEO d'ArcelorMittal.Concernant ses perspectives, ArcelorMittal n'a pas mentionné de prévision chiffrée mais a indiqué que l'ebitda par tonne du groupe pour le deuxième semestre devrait être semblable au niveau sous-jacent du premier semestre. Par ailleurs, les expéditions d'acier devraient s'établir à un niveau inférieur à celui du premier semestre sous l'effet normal des facteurs saisonniers. K.H.