"Avec le climat boursier actuel, tout le monde a bien compris que ce ne sera pas pour les mois à venir, mais ce n'est pas une raison pour ne pas préparer l'entreprise à cette nouvelle réalité", a ajouté le ministre à l'occasion d'un entretien accordé au quotidien financier. Ce commentaire intervient alors que la Poste danoise (Post Denmark) qui détient actuellement 24,9% du capital de la Poste a exprimé le souhait de céder sa participation au fond d'investissement CVC Capital Partners, qui deviendrait ainsi actionnaires à 49,9% du groupe postal.

"CVC n'a pas l'intention de rester au capital de la Poste pour l'éternité", poursuit M. Vanackere, mais il restera "pour une période convenable, lui permettant de réaliser ce qui avait été initialement prévu" dans l'accord entre actionnaires de 2005-2006. Celui-ci prévoyait notamment qu'à partir du 1er janvier 2009, "on pourrait envisager une IPO (introduction en bourse, ndlr) pour donner accès à d'autres au capital". L'Etat belge est cependant actuellement en discussions avec ses partenaires pour tenter de les convaincre de rester plus longtemps au capital de la Poste. Le gouvernement belge doit encore se prononcer sur la demande de sortie des Danois. Formellement l'accord de 2005-2006 ne prévoit pas de sortie d'un des partenaires avant 2010. La décision devrait tomber ce mois-ci, a encore indiqué M. Vanackere.

"Avec le climat boursier actuel, tout le monde a bien compris que ce ne sera pas pour les mois à venir, mais ce n'est pas une raison pour ne pas préparer l'entreprise à cette nouvelle réalité", a ajouté le ministre à l'occasion d'un entretien accordé au quotidien financier. Ce commentaire intervient alors que la Poste danoise (Post Denmark) qui détient actuellement 24,9% du capital de la Poste a exprimé le souhait de céder sa participation au fond d'investissement CVC Capital Partners, qui deviendrait ainsi actionnaires à 49,9% du groupe postal."CVC n'a pas l'intention de rester au capital de la Poste pour l'éternité", poursuit M. Vanackere, mais il restera "pour une période convenable, lui permettant de réaliser ce qui avait été initialement prévu" dans l'accord entre actionnaires de 2005-2006. Celui-ci prévoyait notamment qu'à partir du 1er janvier 2009, "on pourrait envisager une IPO (introduction en bourse, ndlr) pour donner accès à d'autres au capital". L'Etat belge est cependant actuellement en discussions avec ses partenaires pour tenter de les convaincre de rester plus longtemps au capital de la Poste. Le gouvernement belge doit encore se prononcer sur la demande de sortie des Danois. Formellement l'accord de 2005-2006 ne prévoit pas de sortie d'un des partenaires avant 2010. La décision devrait tomber ce mois-ci, a encore indiqué M. Vanackere.