"Pour de nombreux pays en développement, la crise alimentaire de 2008 n'est jamais dissipée. Et les prix récents sont une raison sérieuse de s'inquiéter", a affirmé M. Zoellick lors d'une conférence téléphonique. Il a annoncé avoir demandé à remettre en vigueur un programme d'aide d'urgence de l'institution de développement qui avait servi à aider certains de ces pays lors de l'inflation des cours en 2007 et 2008. "La hausse des prix du blé ces derniers mois se répercute sur le prix d'autres aliments de base à cause de la demande croissante de produits de substitution. Il nous faudra donc trouver une manière d'éviter que les crises alimentaires deviennent une nouvelle norme", a poursuivi le président de la Banque mondiale, avant l'ouverture de l'assemblée annuelle de l'institution vendredi. Selon l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), entre juillet et septembre les prix du blé ont gagné de 60 à 80%, ceux du maïs 40% et ceux du riz 7%. M. Zoellick, sans employer le terme de "spéculation", y a vu une conséquence entre autres de la faiblesse de la conjoncture économique dans les pays riches.