Après la Chine et l'Angleterre c'est au tour de l'Europe de démontrer sa volonté à sortir de l'ornière de la crise économique.

La BCE a abaissé son taux directeur à 0,75% et a ainsi écrit une nouvelle page à l'histoire de l'Europe. C'est la première fois que les taux européens passent sous la barre des 1%.

En baissant son taux, l'institution veut ouvrir les vannes du crédit et par ricochet soutenir l'économie en zone euro, sur fond de crise de la dette et alors que plusieurs pays de la région sont en récession et les perspectives sombres pour les autres. Le relâchement des pressions inflationnistes en zone euro ces derniers temps accréditait l'hypothèse d'une baisse des taux, la gardienne de la monnaie unique n'ayant pas à craindre de poussée des prix en relâchant les conditions du crédit.

La BCE a également abaissé d'un quart de point ses deux autres taux directeurs, à savoir le taux de dépôt au jour le jour, qui est désormais de 0% contre 0,25% précédemment, ainsi que son taux de prêt marginal, passé à 1,50% contre 1,75% auparavant.

La Banque d'Angleterre (BoE) a pour sa part annoncé jeudi, comme attendu, l'injection de 50 milliards de livres (62,2 milliards d'euros) dans l'économie britannique, portant à 375 milliards de livres le montant total de son programme de soutien à une économie en récession. L'institution a par ailleurs maintenu son taux d'intérêt directeur à 0,50%, niveau exceptionnellement bas auquel il est fixé depuis mars 2009. (avec AFP)

Karine Huet