En Afrique du Sud, les coûts finaux furent 13 fois plus élevés que ce qui avait été initialement envisagé. "L'histoire économique peut avoir une issue favorable si on utilise dans notre pays non pas 6 mais 4 stades de football pour la Coupe du Monde", considère le Professeur Albrecht. "Les bénéfices seront ainsi bien plus faibles, mais les risques économiques liés à la surcapacité seront aussi mieux maîtrisés". Les auteurs conseillent également d'intégrer diverses fonctionnalités dans et aux alentours des stades de football afin de pouvoir tirer le rendement optimal des nouveaux actifs une fois la compétition terminée. Les coupes du monde offrent une réelle opportunité économique mais celle-ci doit être le résultat d'une stratégie bien étudiée, expliquent les deux hommes. En laissant aussi investir le secteur privé, les dépenses et les risques supportés par les autorités publiques pourraient être limités. Les analyses à posteriori d'événements de masse mènent à la conclusion que les bénéfices sont finalement un peu plus faibles et les coûts un peu plus élevés que ce qui est initialement prévu, concluent les auteurs.