78,5 pc des fonds d'Etat sont dans des mains étrangères. Les chiffres concernent la fin septembre 2008. Selon Jean Deboutte, directeur du Trésor, la Belgique doit cet intérêt étranger fort à sa grande solvabilité. "Nous sommes quatorzièmes sur la liste de solvabilité de l'Institutional Investor. Et la liquidité des OLO belges est meilleure que celle des autres petits pays de la zone euro", explique Jean Deboutte. La part étrangère dans la dette publique belge est dispersée dans différents pays. "Quelque 70 pc des investissements étrangers dans les OLO viennent d'autres pays de la zone euro", poursuit Jean Deboutte. "Les trente pour cent restant viennent d'autres pays comme les Etats-Unis, l'Afrique du nord, la Russie et même le Kazakhstan. Des pays asiatiques et le Moyen-Orient sont également devenus des investisseurs importants dans notre dette fédérale." Depuis le dernier trimestre 2008, mais surtout depuis la Nouvelle année, les investisseurs asiatiques se replient sur leurs marchés intérieurs. Les investisseurs particuliers ne financent, via les bons d'Etat, que 1,7 pc de la dette publique belge de 326 milliards d'euros.

78,5 pc des fonds d'Etat sont dans des mains étrangères. Les chiffres concernent la fin septembre 2008. Selon Jean Deboutte, directeur du Trésor, la Belgique doit cet intérêt étranger fort à sa grande solvabilité. "Nous sommes quatorzièmes sur la liste de solvabilité de l'Institutional Investor. Et la liquidité des OLO belges est meilleure que celle des autres petits pays de la zone euro", explique Jean Deboutte. La part étrangère dans la dette publique belge est dispersée dans différents pays. "Quelque 70 pc des investissements étrangers dans les OLO viennent d'autres pays de la zone euro", poursuit Jean Deboutte. "Les trente pour cent restant viennent d'autres pays comme les Etats-Unis, l'Afrique du nord, la Russie et même le Kazakhstan. Des pays asiatiques et le Moyen-Orient sont également devenus des investisseurs importants dans notre dette fédérale." Depuis le dernier trimestre 2008, mais surtout depuis la Nouvelle année, les investisseurs asiatiques se replient sur leurs marchés intérieurs. Les investisseurs particuliers ne financent, via les bons d'Etat, que 1,7 pc de la dette publique belge de 326 milliards d'euros.