Alors que les économistes tablaient en majorité sur une réduction de 5 milliards de dollars des rachats d'actifs mensuels, la Fed a finalement décidé de maintenir la cadence à 85 milliards de dollars. Le Comité monétaire a sans doute été refroidi par la brusque remontée des taux depuis le discours de Ben Bernanke en juin dernier. Le président de la Fed y évoquait une réduction de la voilure des rachats dans les réunions suivantes de la Fed ainsi que la fin du programme à la mi-2014.

Ce planning semble désormais remis en cause, Ben Bernanke insistant même lors de sa conférence de presse sur le fait que rien n'était encore décidé. De la crise financière dans les pays au changement de président de la Fed fin janvier en passant par le plafond de la dette des États-Unis, les prochains mois s'annoncent il est vrai encore assez mouvementés pour la banque centrale de la première économie mondiale.

Sur les marchés, l'heure était plutôt à la fête avec une hausse des actions et des obligations, le maintien de la politique monétaire éloignant la crainte d'une poursuite de la hausse des taux. Les liquidités qui vont continuer d'affluer devraient également soutenir les cours.

Cédric Boitte