Le Dow Jones Industrial Average a abandonné 23,05 points à 8.299,86 points, signant sa quatrième séance d'affilée de recul, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, a progressé de 27,42 points à 1.792,34 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 est lui monté de 0,65% (5,84 points) à 900,94 points, dans un volume d'échanges très faible.

En nette hausse en première partie de séance, Wall Street est revenue à l'équilibre après la fin de la réunion de la banque centrale américaine (Fed).

L'institution, qui a sans surprise maintenu son taux quasi à zéro et son dispositif anti-crise, a prévenu que l'économie allait rester faible encore un certain temps.

"Le marché est perdu", a jugé Lindsey Piegza, de FTN Financial. "Il y a des éléments positifs: la Fed ne parle plus de la possibilité de déflation, et dit que l'inflation va rester basse. Mais le marché
attendait plus d'indices sur la manière dont la Fed va mettre fin à ses programmes" de soutien à l'économie.

Côté valeurs, les valeurs technologiques ont été entraînées à la
hausse par Oracle (+7,00% à 21,26 dollars). L'éditeur de logiciels a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché, qui a aussi été agréablement surpris par ses prévisions de ventes pour les mois à venir.

En revanche, le Dow Jones est resté plombé par Boeing, qui après une chute de plus de 6% la veille, a encore plongé de 5,81% à 41,32 dollars. Il avait annoncé mardi un nouveau retard pour le vol d'essai et les livraisons de son avion 787 "Dreamliner".

Le marché obligataire a baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 3,685% contre 3,640% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,425% contre 4,373% la veille.