Bien sûr, le plus gros de cette perte colossale est imputable à l'impact de l'acquisition en 2007, puis de la cession en 2008, d'ABN Amro. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net sous-jacent est porté à 903 millions d'euros, ce qui reste toutefois loin des 2,3 milliards de bénéfices réalisés en 2007 (-61%). Mais les résultats de l'exercice sous revue se sont creusés depuis ces trois derniers mois et Fortis Banque a finalement enregistré une perte nette de 20,6 milliards d'euros alors qu'elle avait successivement tablé sur des pertes de 19 puis de 20,1 milliards d'euros.

"Ces écarts proviennent essentiellement d'une modification du traitement comptable de la partie du portefeuille de crédits structurés devant être cédée à la structure d'accueil Royal Park Investment ("Portofolio Out"), explique le communiqué. En raison de divers éléments, Fortis Banque considère que les régles qui s'appliquent au "Portofolio Out" doivent être mesurées et présentées d'une manière cohérente avec le portefeuille demeurant au sein de Fortis Banque". Cette considération aboutit à une une dépréciation supplémentaire de 0,55 milliard d'euros sur ce portefeuille. Si l'on exclut le "Portofolio out", on observe malgré tout une réduction de l'exposition nette de Fortis Banque via les crédits structurés internationaux, cette dernière avoisinant les 24,5 milliards alors qu'au 31 décembre 2008, elle était encore de 35,8 milliards.

"Cette diminution s'explique en grande partie par des réductions de juste valeur ("Fair Value") comptabilisées en dépréciations supplémentaires ou en résultats de tradings non réalisés ou en pertes latentes sur les capitaux propres de Fortis Banque". Avec un ratio Tier 1 de 10,7%, la solvabilité de Fortis Banque reste, par ailleurs, supérieure au minimum réglementaire. Le ratio Core Tier 1 atteint 9,7% et le ratio de capital total s'élève à 18,7%. Le capital Tier de Fortis Banque a baissé de 4 milliards d'euros en 2008 "mais les actifs pondérés en fonction des risques ont diminué plus que proportionnellement, grâce à l'incidence de la vente des activités néerlandaises sur ces actifs". Pour l'année à venir, Fortis Banque ne cache pas ses inquiétudes, les turbulences sur le marché étant loin d'être calmées et ne livre évidemment aucune perspective, faute de visibilité.

Bien sûr, le plus gros de cette perte colossale est imputable à l'impact de l'acquisition en 2007, puis de la cession en 2008, d'ABN Amro. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net sous-jacent est porté à 903 millions d'euros, ce qui reste toutefois loin des 2,3 milliards de bénéfices réalisés en 2007 (-61%). Mais les résultats de l'exercice sous revue se sont creusés depuis ces trois derniers mois et Fortis Banque a finalement enregistré une perte nette de 20,6 milliards d'euros alors qu'elle avait successivement tablé sur des pertes de 19 puis de 20,1 milliards d'euros."Ces écarts proviennent essentiellement d'une modification du traitement comptable de la partie du portefeuille de crédits structurés devant être cédée à la structure d'accueil Royal Park Investment ("Portofolio Out"), explique le communiqué. En raison de divers éléments, Fortis Banque considère que les régles qui s'appliquent au "Portofolio Out" doivent être mesurées et présentées d'une manière cohérente avec le portefeuille demeurant au sein de Fortis Banque". Cette considération aboutit à une une dépréciation supplémentaire de 0,55 milliard d'euros sur ce portefeuille. Si l'on exclut le "Portofolio out", on observe malgré tout une réduction de l'exposition nette de Fortis Banque via les crédits structurés internationaux, cette dernière avoisinant les 24,5 milliards alors qu'au 31 décembre 2008, elle était encore de 35,8 milliards."Cette diminution s'explique en grande partie par des réductions de juste valeur ("Fair Value") comptabilisées en dépréciations supplémentaires ou en résultats de tradings non réalisés ou en pertes latentes sur les capitaux propres de Fortis Banque". Avec un ratio Tier 1 de 10,7%, la solvabilité de Fortis Banque reste, par ailleurs, supérieure au minimum réglementaire. Le ratio Core Tier 1 atteint 9,7% et le ratio de capital total s'élève à 18,7%. Le capital Tier de Fortis Banque a baissé de 4 milliards d'euros en 2008 "mais les actifs pondérés en fonction des risques ont diminué plus que proportionnellement, grâce à l'incidence de la vente des activités néerlandaises sur ces actifs". Pour l'année à venir, Fortis Banque ne cache pas ses inquiétudes, les turbulences sur le marché étant loin d'être calmées et ne livre évidemment aucune perspective, faute de visibilité.