Quel est l'impact du résultat des élections sur votre portefeuille ?

Clinton ou Trump: c'était le choix entre le statu quo et le changement, entre la stabilité et l'aventure. Les marchés financiers craignent les plans inconsidérés et les décisions du gouvernement Trump. Les tensions nationales et internationales semblent presque garanties, avec lui. Wall Street préférait dès lors le caractère prévisible et le consensus d'Hillary Clinton au côté imprévisible de Donald Trump. Les bourses détestent l'incertitude.

Mais cette incertitude, les marchés y sont tout de même confrontés, maintenant. De ce fait les bourses européennes ont d'emblée commencé à diminuer de quelques pourcents. Tout comme lors du Brexit, l'incrédulité et la crainte règnent. Mais si l'on regarde cela selon une perspective historique, nous pouvons tout de même rassurer l'investisseur dans une certaine mesure, malgré le triomphe de Trump.

Les marchés financiers surréagissent en général aux résultat d'une élection

La réaction initiale ne donne pas une indication de la performance des bourses au cours de l'année qui suit les élections. Il suffit de regarder la réaction boursière après l'annonce de la victoire de Barack Obama en 2008 et 2012. Il n'était absolument pas aimé, car après son triomphe contre John McCain en 2008, l'indice Standard&Poor's500 avait pris une plongée de 5% (à l'échelle mondiale, une perte de valeur boursière de quelque 2.000 milliards de dollars), alors que Wall Street se trouvait tout de même 12% plus haut un an plus tard. La même chose s'est produite en 2012: un recul de 3,6% et un indice boursier qui a tout de même réalisé une hausse de pas moins de 26% un an plus tard.

Avec un rendement annuel moyen de 13,3%, Obama se situe même dans le top trois des présidents avec le plus haut return boursier des cinquante dernières années, malgré la réaction manifestement négative après sa victoire aux élections.

En général, surréaction

Les marchés ont donc tendance à surréagir aux résultats des élections et des référendums. Souvenez-vous de la forte chute des bourses après le référendum sur le Brexit en Grande-Bretagne. L'indice S&P500 a perdu 3,6% le jour suivant, mais se situait à nouveau 2,5% plus haut juste avant le résultat des élections présidentielles américaines.

Depuis 1928, 22 élections présidentielles ont eu lieu aux Etats-Unis. Quinze fois, l'indice S&P500 a diminué en réaction au résultat, avec une diminution moyenne de 1,8%. Dans neuf cas sur ces quinze, l'indice se situait tout de même à nouveau substantiellement plus haut douze mois plus tard. Les investisseurs réagissent donc impulsivement à un résultat, mais surévaluent en général l'impact du gagnant sur la bourse et l'économie. Il y a encore tellement d'autres facteurs qui jouent un rôle dans la formation des cours sur les marchés des actions.

Une réaction initiale du marché n'a donc pas de valeur prédictive. La seule certitude est que les élections et les référendums entraînent plus de volatilité et plus de mouvements sur les marchés. Lorsque novembre est un mois d'élection aux Etats-Unis, la volatilité pendant ce mois est 22% plus élevée que dans les années sans élections

Pour finir, encore un mythe qui peut disparaître. Depuis 1928, la hausse moyenne sous les présidents démocrates s'élève à 27,7%. C'est tout juste mieux que les 27,3% sous les présidents républicains. Qu'il y ait du rouge ou du bleu à la Maison Blanche, cela ne fait pas vraiment de différence pour l'investisseur boursier.