A 07h24 GMT l'indice gagnait 0,71% à 5.620,95 points, faisant bien mieux que les autres bourses européennes. Mme Merkel est assurée d'être réélue chancelière par les députés allemands après une élection qui a vu son parti, la CDU/CSU, finir en tête, et qui a consacré la percée du parti libéral FDP. Cette coalition de droite était souhaitée par le marché, qui en espère en particulier une dérégulation du marché du travail et des allègements de la fiscalité.

Particulièrement en vue, les groupes d'énergie EON (+3,69% à 29,25 euros) et RWE (+3,01% à 64,06 euros). Tous deux profitaient de l'accession au pouvoir de deux partis décidés à repousser l'abandon de l'énergie nucléaire en Allemagne, jusqu'ici prévu pour 2020. Tant Mme Merkel que ses alliées libéraux souhaitent abandonner ce calendrier qui avait été imposé par la gauche dans le cadre de la grande coalition qui a gouverné l'Allemagne pendant 4 ans.

A 07h24 GMT l'indice gagnait 0,71% à 5.620,95 points, faisant bien mieux que les autres bourses européennes. Mme Merkel est assurée d'être réélue chancelière par les députés allemands après une élection qui a vu son parti, la CDU/CSU, finir en tête, et qui a consacré la percée du parti libéral FDP. Cette coalition de droite était souhaitée par le marché, qui en espère en particulier une dérégulation du marché du travail et des allègements de la fiscalité. Particulièrement en vue, les groupes d'énergie EON (+3,69% à 29,25 euros) et RWE (+3,01% à 64,06 euros). Tous deux profitaient de l'accession au pouvoir de deux partis décidés à repousser l'abandon de l'énergie nucléaire en Allemagne, jusqu'ici prévu pour 2020. Tant Mme Merkel que ses alliées libéraux souhaitent abandonner ce calendrier qui avait été imposé par la gauche dans le cadre de la grande coalition qui a gouverné l'Allemagne pendant 4 ans.