"J'entends de la part de plusieurs capitales, y compris des grosses comme Berlin, qu'elles aimeraient faire baisser leurs contributions", au budget européen, a-t-il dit au Financial Times Deutschland. "Cela ouvre une porte à une réflexion sur des sources de revenu propres". L'Union européenne ne taxe pas pour le moment directement les citoyens européens, mais se finance essentiellement par les contributions des Etats membres. M. Lewandowski veut faire des propositions "ambitieuses mais réalistes" pour une fiscalité européenne. Il a évoqué un impôt sur les transactions financières, une taxe sur le transport aérien ou le versement à l'UE des recettes de la vente des certificats d'émission de gaz à effet de serre, actuellement collectées par les Etats.