Lire également "Gestion passive: ne payez plus pour rien" et "Gestion passive de fortune: ne payez plus pour rien!"
...

Lire également "Gestion passive: ne payez plus pour rien" et "Gestion passive de fortune: ne payez plus pour rien!"Les investissements dans des PME et microentreprises débutantes (maximum quatre ans d'existence) donnent droit à une réduction d'impôt depuis 2015. Jusqu'à l'année dernière, seuls les investissements directs étaient éligibles, aucun cadre législatif n'existant pour la reconnaissance des plateformes de crowdfunding. C'est désormais chose faite. " MyMicroInvest, devenue Spreds, a été la première plateforme reconnue " affirme Marie Cruysmans, head of investors chez Spreds. " Le tax-shelter a clairement suscité beaucoup d'engouement pour notre plateforme d'investissement ", poursuit-elle. L'avantage fiscal n'est en effet pas négligeable. Les particuliers peuvent bénéficier d'une réduction d'impôt de 30 % du montant investi pour une PME et de 45 % pour une microentreprise, à concurrence d'un investissement de maximum 100 000 euros par an. Charles Michel a également évoqué une réduction d'impôt de 25 % pour les scale-up, c'est-à-dire les PME en croissance âgées de 5 à 10 ans - mais la loi n'est pas encore passée. Concrètement, vous pouvez ainsi réduire votre impôt annuel jusqu'à 45 000 euros par an. Les fiscalistes précisent toutefois qu'il ne s'agit pas d'un crédit d'impôts, ce qui signifie que cet avantage fiscal ne vous sera octroyé qu'en réduction des impôts dont vous êtes redevables l'année où vous avez investi. Vous devez également conserver vos actions pendant au moins quatre ans, toute cession avant la fin de ce délai entraînant une récupération de l'avantage fiscal prorata temporis. Un investissement dans une start-up n'est cependant pas dénué de risques. Selon les statistiques, 45 % de ces jeunes entreprises échouent, 40 % se maintiennent et seuls 15 % réussissent brillamment. Chez Spreds, la sortie la plus rapide a ainsi été Yoga Room, revendue après à peine vingt mois (avant l'application du tax- shelter) avec un rendement égal au double du montant investi. " Il est indispensable de diversifier ses placements afin d'éviter les grosses déconvenues ", souligne Marie Cruysmans. " C'est pourquoi nous avons créé notre services Tracers. L'objectif est d'automatiser la distribution d'opportunités d'investissement répondant à certains critères spécifiques auprès des investisseurs afin qu'ils puissent facilement se créer un portefeuille de placements diversifié. Historiquement, l'investissement moyen est de 1 215 euros par transaction. " " Le tax-shelter nous donne l'occasion de toucher un nouveau public, au-delà des supporters de l'entrepreneuriat ", affirme Marie Cruysmans. L'objectif " est d'offrir aux investisseurs une nouvelle possibilité de diversification. " Pour y parvenir, le crowdfunding doit toutefois réellement se positionner en tant que produit d'investissement. " Spreds doit endosser un rôle éducatif " afin de clairement se démarquer des plateformes de crowdfunding fonctionnant sur le principe du reward (souvent achat du produit ou service proposé), relevant davantage du soutien que de l'investissement. Afin d'investir dans le crowdfunding, vous pouvez vous adresser à une plateforme spécialisée comme Spreds (leader de marché), Look&Fin (surtout active dans les prêts - crowdlending), Lita (économie solidaire), Ecco Nova (transition énergétique) ou Participate (secteur public). Ces plateformes cherchent aussi à nouer des partenariats avec les banques de gestion afin de démarcher une nouvelle clientèle. KBC (via Bolero) fait également partie des leaders du financement participatif en Belgique. Hello Crowd (BNP Paribas Fortis), Kickstarter, KissKissBankBank ou Indiegogo sont surtout actifs sur le principe du reward.