TCI (The Children's Investment fund), qui prend des parts minoritaires dans de nombreuses entreprises avec l'idée de pouvoir en infléchir la stratégie, a averti ces grands groupes dans des lettres personnalisées datées de samedi et disponibles sur son site internet.

Parmi ces sociétés, au nombre de 17, figurent le géant aéronautique Airbus dont le fonds est actionnaire à hauteur de 1,5%, l'équipementier français Safran, le groupe de BTP espagnol Ferrovial, ainsi que les entreprises américaines Alphabet (Google) et Microsoft.

Il exige de ces entreprises qu'elles publient le détail de leurs émissions de CO2 et s'engagent à les réduire, estimant que les risques liés au changement climatique sont de nature à affecter sur le long terme la rentabilité des grands groupes.

Le fonds, qui gère environ 30 milliards de dollars d'actifs au total, prévient que dans le cas contraire il n'hésitera pas à voter contre leur conseil d'administration lors des assemblées générales d'actionnaires. Il compte en outre s'opposer aux cabinets d'audit qui valideraient leurs comptes.

Le fonds a émis cet avertissement envers ces entreprises juste avant l'ouverture lundi à Madrid de la 25e conférence climat de l'ONU (COP25) et au moment où il semble difficile d'atteindre l'objectif de l'accord de Paris de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle.