Selon des sources de marché, la BCE a entre autre acheté d'importantes quantités d'obligations espagnoles et italiennes pour pallier les ventes massives des investisseurs et soutenir les taux de ces deux pays.

BOURSES EUROPEENNES

Du côté des actions, les bancaires poussaient un "ouf" de soulagement alors que les autorités européennes vont très certainement annoncer la tenue d'un sommet de crise avant la fin de la semaine afin de mettre sur pied un plan de sauvetage de la Grèce. Crédit Agricole et UniCredit en Italie récupéraient un peu du terrain perdu la veille.

Par ailleurs, Thomas Cook Group plongeait littéralement après avoir averti que ses résultats trimestriels seraient inférieurs aux attentes suite entre autre à la crise persistante dans le monde arabe.

BHP Billiton reculait également alors que les prix des métaux précieux étaient en baisse.

BRUXELLES HAUSSES

A Bruxelles, Dexia et KBC ont commencé la séance en lanterne rouge du Bel 20 pour en fin de séance clôturer en tête des valeurs en progression à la faveur d'une accalmie quant à la crainte de voir la Grèce faire défaut.

Par ailleurs, les valeurs défensives étaient plébiscitées à l'image d'Immobel.

BRUXELLES BAISSES

Au rang des actions en recul, contrairement à KBC et Dexia, Ageas n'a pas réussi à se hisser en territoire positif, il faut dire que les obligations souveraines italiennes arrivent en quatrième position des expositions les plus élevées de la compagnie d'assurance. A savoir 3,6 milliards d'euros (au 31 mars 2011).

Toujours dans l'indice,Umicore était en net recul alors que les prix des métaux précieux reculaient.

MARCHES AMERICAINS

Les indices Boursiers américains étaient indécis à la mi-séance, partagés entre leur angoisse de voir la crise européenne s'aggraver et les bons résultats d'Alcoa qui a ouvert le bal de la saison des résultats semestriels hier soir. Le titre du groupe Alcoa était d'ailleurs bien orienté à la mi-séance américaine. Son bénéfice s'est révélé en-deçà des attentes, à 32 cents par action au deuxième trimestre contre 34 cents attendu, mais son chiffre d'affaires a dépassé les estimations et Alcoa a confirmé sa prévision de croissance de la demande en aluminium.

MARCHES DES CHANGES

L'euro n'arrivait pour sa part pas à repasser la barre des 1,40 dollar, toujours inquiet de voir la Grèce faire défaut.

L'or était également mis sous pression après sa forte progression la veille.