BOURSES EUROPEENNES

Du côté des actions, le secteur technologique était mis sous pression par l'avertissement sur résultat du groupe allemand Software AG. Le groupe a indiqué que ses résultats trimestriels seraient plus ou moins en ligne avec ceux de l'année dernière suite à des ventes décevantes de licences. Alcatel-Lucent était en recul.

A Paris, l'action Lafarge limitait la casse après avoir déclaré son intention de céder pour un milliard d'euros ses activités plâtre en Europe et en Amérique du Sud au groupe belge Etex.

Par ailleurs, BSkyB avait un petit moral ce jeudi alors que Newscorp a été contraint d'abandonner son offre d'achat.

BRUXELLES HAUSSES

A Bruxelles, les valeurs évoluant en territoire positif dans le Bel 20 n'étaient pas légion ce jeudi. AB Inbev est une des rares valeur a être resté en territoire positif tout au long de la séance. Hors indice, RHJ International clôture en hausse.

BRUXELLES BAISSES

Au rang des actions en recul, les financières étaient à nouveau drapées de rouge alors que l'inquiétude sur la hauteur de la dette américaine vient s'ajouter aux craintes quant à la solidité financière des plusieurs pays européens. Ageas et KBC étaient en queue de peloton dans le Bel 20.

Hors indice, Deceuninck a dévissé après avoir révisé à la baisse ses prévisions bénéficiaires pour 2011. Désormais, l'entreprise s'attend à des niveaux de chiffre d'affaires et de résultats nets comparables à ceux de 2010, alors qu'auparavant le groupe tablait sur une augmentation.

MARCHES AMERICAINS

La Bourse de New York a ouvert dans le vert malgré la mise sous surveillance négative du "AAA" des Etats-Unis en l'absence d'accord politique sur le plafond de la dette nationale.

Les bons indicateurs économiques ont mis du baume au coeur des indices boursiers mis à mal depuis le début de la semaine.

Ainsi, soutenues par une augmentation des achats dans le secteur automobile, les ventes au détail ont légèrement augmenté de 0,1% au mois de juin aux États-Unis, alors que le consensus anticipait un repli symétrique.

De plus, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 22.000 lors de la semaine du 9 juillet, à 405.000. Par comparaison, les économistes attendaient en moyenne 415.000 inscriptions au chômage.

MARCHES DES CHANGES

L'euro restait en hausse jeudi face à un dollar toujours sous pression après l'avertissement de l'agence de notation Moody's sur la note de la dette américaine et les propos du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a laissé la porte ouverte à de nouvelles mesures de soutien.

BOURSES EUROPEENNES Du côté des actions, le secteur technologique était mis sous pression par l'avertissement sur résultat du groupe allemand Software AG. Le groupe a indiqué que ses résultats trimestriels seraient plus ou moins en ligne avec ceux de l'année dernière suite à des ventes décevantes de licences. Alcatel-Lucent était en recul. A Paris, l'action Lafarge limitait la casse après avoir déclaré son intention de céder pour un milliard d'euros ses activités plâtre en Europe et en Amérique du Sud au groupe belge Etex. Par ailleurs, BSkyB avait un petit moral ce jeudi alors que Newscorp a été contraint d'abandonner son offre d'achat. BRUXELLES HAUSSES A Bruxelles, les valeurs évoluant en territoire positif dans le Bel 20 n'étaient pas légion ce jeudi. AB Inbev est une des rares valeur a être resté en territoire positif tout au long de la séance. Hors indice, RHJ International clôture en hausse. BRUXELLES BAISSES Au rang des actions en recul, les financières étaient à nouveau drapées de rouge alors que l'inquiétude sur la hauteur de la dette américaine vient s'ajouter aux craintes quant à la solidité financière des plusieurs pays européens. Ageas et KBC étaient en queue de peloton dans le Bel 20. Hors indice, Deceuninck a dévissé après avoir révisé à la baisse ses prévisions bénéficiaires pour 2011. Désormais, l'entreprise s'attend à des niveaux de chiffre d'affaires et de résultats nets comparables à ceux de 2010, alors qu'auparavant le groupe tablait sur une augmentation. MARCHES AMERICAINS La Bourse de New York a ouvert dans le vert malgré la mise sous surveillance négative du "AAA" des Etats-Unis en l'absence d'accord politique sur le plafond de la dette nationale. Les bons indicateurs économiques ont mis du baume au coeur des indices boursiers mis à mal depuis le début de la semaine. Ainsi, soutenues par une augmentation des achats dans le secteur automobile, les ventes au détail ont légèrement augmenté de 0,1% au mois de juin aux États-Unis, alors que le consensus anticipait un repli symétrique. De plus, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 22.000 lors de la semaine du 9 juillet, à 405.000. Par comparaison, les économistes attendaient en moyenne 415.000 inscriptions au chômage. MARCHES DES CHANGES L'euro restait en hausse jeudi face à un dollar toujours sous pression après l'avertissement de l'agence de notation Moody's sur la note de la dette américaine et les propos du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a laissé la porte ouverte à de nouvelles mesures de soutien.