L'injection d'argent luxembourgeois était prévue dans l'action menée en commun par les autorités françaises, belges et luxembourgoises avec les actionnaires principaux de Dexia afin de porter une assistance financière au bancassureur. Ils avaient ainsi décidé fin septembre 2008 de renforcer ensemble le capital du groupe Dexia d'environ 6,4 milliards d'euros. L'Etat belge a ainsi injecté 1 milliard d'euros dans le groupe.

De son côté, le gouvernement luxembourgeois aurait dû injecter 376 millions d'euros dans le groupe Dexia, en échange d'obligations convertibles. Mais jusqu'à présent, rien n'a encore été
versé.