Jusqu'ici, on savait juste que la justice enquêtait sur une vente suspecte d'actions KBC-Ancora. Mais Etienne Schouppe aurait aussi, durant la crise bancaire, vendu ses actions Dexia a un moment suspect. Il aurait pu, en tant que membre du gouvernement fédéral, disposer d'informations privilégiées sur l'avenir de Dexia. Etienne Schouppe n'a pas voulu faire de commentaire mardi sur l'enquête en cours. Il a toujours nié avoir quelque chose à se reprocher. Selon De Tijd, l'enquête sur l'activité boursière d'Etienne Schouppe est terminée et le juge d'instruction devrait décider, ce mois-ci encore, s'il inculpe le secrétaire d'Etat sortant pour délit d'initié.

Jusqu'ici, on savait juste que la justice enquêtait sur une vente suspecte d'actions KBC-Ancora. Mais Etienne Schouppe aurait aussi, durant la crise bancaire, vendu ses actions Dexia a un moment suspect. Il aurait pu, en tant que membre du gouvernement fédéral, disposer d'informations privilégiées sur l'avenir de Dexia. Etienne Schouppe n'a pas voulu faire de commentaire mardi sur l'enquête en cours. Il a toujours nié avoir quelque chose à se reprocher. Selon De Tijd, l'enquête sur l'activité boursière d'Etienne Schouppe est terminée et le juge d'instruction devrait décider, ce mois-ci encore, s'il inculpe le secrétaire d'Etat sortant pour délit d'initié.