Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre a terminé à 75,18 dollars, en hausse de 1,03 dollar par rapport à la clôture de mardi. Il est même monté brièvement à 75,40 dollars.

La dernière fois que le baril de référence avait clôturé au-dessus
de ce seuil, il y a exactement un an, le 14 octobre 2008, il valait
plus de 78 dollars.

"La fermeté du marché pétrolier peut s'expliquer quasiment
totalement par la baisse du dollar et la hausse" de Wall Street, a indiqué Ellis Eckland, analyste indépendant.

Le dollar a poursuivi sa chute mercredi, tombant à son plus bas
niveau depuis 14 mois face à l'euro, un phénomène qui encourage les investisseurs à investir dans les matières premières.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre a terminé à 75,18 dollars, en hausse de 1,03 dollar par rapport à la clôture de mardi. Il est même monté brièvement à 75,40 dollars. La dernière fois que le baril de référence avait clôturé au-dessus de ce seuil, il y a exactement un an, le 14 octobre 2008, il valait plus de 78 dollars. "La fermeté du marché pétrolier peut s'expliquer quasiment totalement par la baisse du dollar et la hausse" de Wall Street, a indiqué Ellis Eckland, analyste indépendant. Le dollar a poursuivi sa chute mercredi, tombant à son plus bas niveau depuis 14 mois face à l'euro, un phénomène qui encourage les investisseurs à investir dans les matières premières.