"Les revenus de l'exploitation pétrolière ont été de 171 milliards de dollars sur la période allant de 2006 à 2009", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Bagdad. Le gouvernement de Nouri al-Maliki a été formé en 2006. "Le pétrole compte pour 95% des revenus du gouvernement", a dit le ministre en réponse à des critiques sur la gestion et les dépenses du gouvernement formulées il y a quelques jours par Ammar al-Hakim, dirigeant d'un des plus grands partis chiites d'Irak. L'industrie pétrolière a rapporté 30 milliards de dollars en 2006, 40 en 2007, 60 en 2008 et 41 en 2009, a-t-il précisé sans donner d'explication à la baisse observée en 2009, mais probablement due à la chute des cours du brut après juillet 2008. L'Irak produit environ 2,5 millions de barils par jour (mb/j) de brut, dont 1,85 million exportés, selon M. Chahristani. Bagdad a signé depuis novembre dix contrats avec des compagnies étrangères pour 10 champs pétroliers. M. Chahristani avait indiqué fin juin que l'Irak avait pour objectif de produire d'ici quelques années entre 10 à 12 mb/j pour devenir le premier producteur et le premier exportateur de brut.