Vers 13H15 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet valait 63,75 dollars, en hausse de 30 cents par rapport à son cours de clôture de mercredi.

Les investisseurs observaient le marché d'un oeil plutôt haussier, a indiqué Phil Flynn.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de maintenir ses quotas de production actuels, lors de sa réunion jeudi à Vienne, soit 24,84 millions de barils par jour.

"On est dans une situation où l'Opep semble croire que la demande se reprend. S'ils continuent sur la même voie pour leur production et que la demande s'améliore, ils pourraient voir leur objectif de 70 dollars le baril être atteint", a estimé Phil Flynn.

Le marché semblait également parier sur une reprise, et "prend en compte dans les prix une amélioration de l'économie, contre une chute des investissements" dans les capacités de production d'or noir, a expliqué Phil Flynn.

Mais les investisseurs restaient prudents avant le rapport
hebdomadaire sur l'état des stocks aux Etats-Unis, même si les chiffres de l'API, l'association qui représente l'industrie pétrolière américaine, publiés mercredi, ont montré un repli des réserves de brut.

Les analystes interrogés par Dow Jones Newswires s'attendent également à ce que le ministère annonce un recul des stocks de brut, de 500.000 barils -qui serait leur troisième semaine consécutive de déclin -ainsi qu'une baisse des réserves d'essence, de 1,7 million de barils (mb) la semaine dernière.

En revanche, ils s'attendent à une hausse des réserves de distillats (qui incluent le diesel et le fioul de chauffage), de 1,1 mb.

Vers 13H15 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet valait 63,75 dollars, en hausse de 30 cents par rapport à son cours de clôture de mercredi.Les investisseurs observaient le marché d'un oeil plutôt haussier, a indiqué Phil Flynn.L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de maintenir ses quotas de production actuels, lors de sa réunion jeudi à Vienne, soit 24,84 millions de barils par jour."On est dans une situation où l'Opep semble croire que la demande se reprend. S'ils continuent sur la même voie pour leur production et que la demande s'améliore, ils pourraient voir leur objectif de 70 dollars le baril être atteint", a estimé Phil Flynn.Le marché semblait également parier sur une reprise, et "prend en compte dans les prix une amélioration de l'économie, contre une chute des investissements" dans les capacités de production d'or noir, a expliqué Phil Flynn.Mais les investisseurs restaient prudents avant le rapport hebdomadaire sur l'état des stocks aux Etats-Unis, même si les chiffres de l'API, l'association qui représente l'industrie pétrolière américaine, publiés mercredi, ont montré un repli des réserves de brut.Les analystes interrogés par Dow Jones Newswires s'attendent également à ce que le ministère annonce un recul des stocks de brut, de 500.000 barils -qui serait leur troisième semaine consécutive de déclin -ainsi qu'une baisse des réserves d'essence, de 1,7 million de barils (mb) la semaine dernière.En revanche, ils s'attendent à une hausse des réserves de distillats (qui incluent le diesel et le fioul de chauffage), de 1,1 mb.