Vers 13H05 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre s'échangeait à 68,46 dollars, en baisse de 2,36 dollars par rapport à la clôture de jeudi. "Le rapport sur l'emploi a été décevant. Avec l'économie qui faiblit, il y a des inquiétudes sur un affaiblissement de la demande" de pétrole, a expliqué Phil Flynn, de PFG Best Research. Comme sur les autres marchés, les investisseurs ont laissé filtrer leur inquiétude après une augmentation des destructions d'emplois aux Etats-Unis en septembre, qui a fait monter le taux de chômage à 9,8%.

Après "l'optimisme observé au trimestre précédent, le rapport sur l'emploi nous offre un retour à la réalité", a ajouté Phil Flynn. "Si l'économie n'est en effet pas aussi solide que les gens l'avaient espéré, à l'évidence on va devoir abaisser les prévisions de demande de pétrole, et cela pourrait pousser les prix en baisse pour le trimestre", a-t-il précisé. Le marché du pétrole devrait ainsi lier de nouveau son évolution à celle de Wall Street, qui se préparait à ouvrir en baisse.

Jeudi, il s'était montré résistant face au repli de la place financière new-yorkaise et à la hausse du dollar, grâce à des achats de couverture et l'arrivée de fonds qui s'étaient positionnés au premier jour d'un nouveau trimestre, a expliqué Phil Flynn. Ils avaient ainsi confirmé le bond de près de 4 dollars enregistré mercredi après le rapport hebdomadaire du Département américain de l'énergie (DoE) sur les stocks pétroliers, qui avait compensé en partie la perte de 6 dollars de la semaine précédente.

Vers 13H05 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre s'échangeait à 68,46 dollars, en baisse de 2,36 dollars par rapport à la clôture de jeudi. "Le rapport sur l'emploi a été décevant. Avec l'économie qui faiblit, il y a des inquiétudes sur un affaiblissement de la demande" de pétrole, a expliqué Phil Flynn, de PFG Best Research. Comme sur les autres marchés, les investisseurs ont laissé filtrer leur inquiétude après une augmentation des destructions d'emplois aux Etats-Unis en septembre, qui a fait monter le taux de chômage à 9,8%.Après "l'optimisme observé au trimestre précédent, le rapport sur l'emploi nous offre un retour à la réalité", a ajouté Phil Flynn. "Si l'économie n'est en effet pas aussi solide que les gens l'avaient espéré, à l'évidence on va devoir abaisser les prévisions de demande de pétrole, et cela pourrait pousser les prix en baisse pour le trimestre", a-t-il précisé. Le marché du pétrole devrait ainsi lier de nouveau son évolution à celle de Wall Street, qui se préparait à ouvrir en baisse.Jeudi, il s'était montré résistant face au repli de la place financière new-yorkaise et à la hausse du dollar, grâce à des achats de couverture et l'arrivée de fonds qui s'étaient positionnés au premier jour d'un nouveau trimestre, a expliqué Phil Flynn. Ils avaient ainsi confirmé le bond de près de 4 dollars enregistré mercredi après le rapport hebdomadaire du Département américain de l'énergie (DoE) sur les stocks pétroliers, qui avait compensé en partie la perte de 6 dollars de la semaine précédente.