Les marchés européens entament la semaine en léger repli, les différents indices abandonnant quelques dixièmes de pour cent. Les investisseurs sont manifestement plutôt prudents après que le secrétaire d'Etat au Trésor américain ait reporté l'annonce du plan sauvetage du secteur financier de l'administration Obama.

A Londres, Barclays rebondit sensiblement après la publication de résultats semestriels meilleurs que prévu, notamment grâce aux actifs de Lehman Brothers repris l'an dernier.

A Paris, Renault progresse légèrement après que Nissan ait prévu une perte nette de près de 3 milliards USD et dévoilé un plan de restructuration.

A Bruxelles, le Bel20 était quasiment inchangé à la mi-séance partagé entre la progression de Nyrstar et le repli de Fortis après que Ping An, le premier actionnaire du groupe, ait indiqué qu'il votera contre le nouvel accord.

UCB demeure par contre hésitante. Les analystes de Citigroup ont relevé leur objectif de cours de 24 à 25 EUR.

En l'absence de statistique économique outre-Atlantique, l'ouverture de Wall-Street et les éventuelles annonces concernant le plan de sauvetage aux Etats-Unis donneront le ton de la fin de séance.

Les marchés européens entament la semaine en léger repli, les différents indices abandonnant quelques dixièmes de pour cent. Les investisseurs sont manifestement plutôt prudents après que le secrétaire d'Etat au Trésor américain ait reporté l'annonce du plan sauvetage du secteur financier de l'administration Obama.A Londres, Barclays rebondit sensiblement après la publication de résultats semestriels meilleurs que prévu, notamment grâce aux actifs de Lehman Brothers repris l'an dernier.A Paris, Renault progresse légèrement après que Nissan ait prévu une perte nette de près de 3 milliards USD et dévoilé un plan de restructuration.A Bruxelles, le Bel20 était quasiment inchangé à la mi-séance partagé entre la progression de Nyrstar et le repli de Fortis après que Ping An, le premier actionnaire du groupe, ait indiqué qu'il votera contre le nouvel accord.UCB demeure par contre hésitante. Les analystes de Citigroup ont relevé leur objectif de cours de 24 à 25 EUR.En l'absence de statistique économique outre-Atlantique, l'ouverture de Wall-Street et les éventuelles annonces concernant le plan de sauvetage aux Etats-Unis donneront le ton de la fin de séance.