Du côté des actions, les matières premières étaient bien orientées à la mi-séance. Le prix du pétrole est toujours au-dessus des 60 dollars et le cuivre prend également de la hauteur.
Les valeurs des médias contribuaient également à la hausse des indices européens, avec des gains moyens de 1,4% suite à des commentaires favorables de Goldman Sachs sur le secteur.
Dans le secteur pétrolier on notera la bonne tenue du norvégien Seadrill. Le groupe de services pétroliers a pu présenter des résultats légèrement supérieurs aux attentes du marché.

A Bruxelles, les investisseurs se montraient particulièrement frileux à la mi-séance, ce qui explique d'ailleurs la contreperformance du BEL 20 en recul alors que ses consoeurs européennes évoluaient dans le vert.

Les valeurs défensives étaient généralement bien orientées. Delhaize et Colruyt étaient dans le peloton de tête des valeurs en hausse.

Les valeurs financières étaient pour leur part en recul à la mi-séance alors que par ailleurs en Europe les financières avaient le coeur léger. Le recul de KBC s'explique en partie par la révision négative de sa note auprès de UBS qui conseille désormais de vendre l'action.

La Bourse de New York a fini en forte hausse mardi, dopée par le bond inattendu de la confiance des consommateurs américains: le Dow Jones a gagné 2,37% et le Nasdaq 3,45%.

Côté valeurs, les financières ont été très entourées comme en témoigne la hausse d'American Express qui a pris 5%. Trois courtiers ont estimé mardi que le spécialiste de la carte de crédit terminerait l'année sur un bénéfice.


Et on termine ce point bourse par le marché des changes. La monnaie unique européenne dérapait mercredi dans les premiers échanges, s'approchant du seuil de 1,39 dollar, victime d'indicateurs en berne pour la zone euro et d'inquiétudes grandissantes pour les banques de la région.